Vol au-dessus d'un nid de coucou de Forman

Intérêt
Vol au-dessus d’un nid de coucou (1975), cet hymne à la liberté et à la résistance de Milos Forman, n’a rien perdu de sa force, et propose, plus de trente années plus tard, la même éprouvante plongée dans l’univers concentrationnaire du lavage de cerveau.


Table des matières

1. Analyse


Le film s’ouvre sur le plan d'une auto qui entre dans le parc d’un hôpital psychiatrique avec à son bord un détenu, Mc Murphy. Interné pour viol, il y rejoint un groupe de malades tous très différents les uns des autres mais ayant pour point commun la même difficulté à vivre la « normalité » requise par la société. Très vite, le nouveau, par sa nature pleine de vie et libertaire, ouvre aux patients soumis des horizons sur une autre existence possible et s’oppose aux méthodes contestables de l’infirmière en chef, Mme Ratched, qui régente son service de façon autoritaire.

A travers ce film, Milos Forman propose toute une galerie de portraits inoubliables : du plus solide (le colosse indien prétendument sourd et muet, dont le silence est à percevoir comme un refus du monde « blanc ») au plus fragile (Billy Bibbit, le jeune homme introverti qui bégaie, paralysé par l'image de sa mère, ce qui lui interdit tout développement mature). Il construit un film au récit très structuré dans lequel les moments de joie pure (par le refus des règles imposées et le défoulement) alternent systématiquement avec les scènes de désarroi (suite à la répression qui s’ensuit immédiatement). Ce récit binaire de séquences toutes en contrastes - qui installe dans le film un manichéisme clairement revendiqué - s’inscrit toutefois dans une progression de l’intensité dramatique pour aboutir au paroxysme de la fin que l’on pressentait.

Le déroulement du film fondé sur l’opposition des séquences a, par ailleurs, un fil conducteur qui le sous-tend - et qui est l’une des forces du film -, à savoir le passage éminemment empathique du « Je » au « Nous », tel que le vit Mac Murphy. S’il apparaît, en effet, dès son arrivée à l’hôpital comme un personnage malin et à forte personnalité, c’est surtout en individualiste qu’il cherche égoïstement à se tirer d’affaire. Mais le déroulement du récit insiste sur sa métamorphose qui le fait ensuite devenir le porte-parole et le défenseur des autres malades et, notamment, des plus faibles. Ainsi le mouvement même du film conduit de l’individu à autrui, de l’égoïsme à la générosité. A l’entame du film, Mac Murphy s’est fait envoyer en hôpital psychiatrique par débrouillardise et intérêt personnel ; à la fin, il se « sacrifie » pour les autres et en est remercié (le « chef indien » lui épargne une vie diminuée). La solidarité l’a emporté.

Au-delà du simple pamphlet contre le système psychiatrique, le propos du réalisateur est clair et la métaphore limpide : la société (l’hôpital psychiatrique) veut « normaliser » l’individu (le patient) en contrôlant, voire en supprimant ses désirs à l’aide de règles aliénantes, de tranquillisants qui mettent sous dépendance, de pratiques psychologiques en réalité coercitives, qui, non seulement portent atteinte à sa liberté, mais altèrent, à terme, gravement sa santé mentale. Bref, au-delà de l’institution psychiatrique, c’est la répression sociale des libertés individuelles qui est dénoncée. On retrouve ici le discours dissident d’un Milos Forman qui eut maille à partir avec la société marxiste de la Tchécoslovaquie et finit par quitter son pays (1). Ce qui ajoute une nouvelle signification possible au film : l’hôpital pourrait représenter la Tchécoslovaquie et les patients les citoyens privés de leurs droits élémentaires à la liberté.

Pourtant, loin d’être pessimiste, le film s’achève sur une note d’espoir. La séquence finale reprend la séquence initiale mais en l’inversant : l’image de l’arrivée du patient menotté pour être interné, au début du film, est remplacé, à la fin, par celle de la fuite hors de l’hôpital d’un patient qui se libère. Le message livré par Milos Forman tient tout entier dans cette inversion de situation (internement/libération) doublée d’une substitution de personnages (Mc Murphy/le « Chef » indien).

Jack Nicholson - et tous les acteurs du film - y sont magnifiques.


Notes :


(1) Milos Forman dut quitter son pays, la Tchécoslovaquie, à la suite des événements politiques de 1968 (répression de ce que l’on a appelé « le Printemps de Prague »).

(2) Le titre original (One flew over the cuckoo’s nest) est extrait d’une comptine américaine. Le mot « cuckoo » désigne familièrement un fou en Amérique.

(3) Le film remporta cinq oscars en 1976 : Meilleur film et meilleur producteur pour Michael Douglas. Meilleur réalisateur pour Milos Forman. Meilleur acteur pour Jack Nicholson. Meilleure actrice pour Louise Fletcher. Meilleur scénario adapté pour Bo Goldman et Lawrence Hauben.


2. Synopsis


Randle Mac Murphy, condamné pour viol, a fait en sorte, par commodité personnelle, de purger sa peine dans un hôpital psychiatrique. Débordant de vitalité et jouisseur, intelligent et malin, voire indiscipliné, il ne peut se conformer aux règles en vigueur dans l’établissement et n’a de cesse de les contourner.

Il se heurte très vite à l’infirmière en chef, Miss Ratched, qui dissimule un goût prononcé pour l’autoritarisme derrière une façade de compassion et se joue de la bonne santé des malades.

Ce duel entre les deux personnalités tourne dans un premier temps au détriment de Mac Murphy qui se voit infliger une pénible séance d’électrochocs en guise de punition. Mais le rebelle refuse de s’en laisser compter et obtient le soutien des autres patients, heureux de se ranger aux côtés de celui qui ose – enfin ! - s’opposer à la dictatoriale gestion de Miss Ratched.

Mac Murphy organise même une virée en bateau pour les pensionnaires les moins dociles et, notamment, Bromden, un colosse indien sourd-muet, dont il fait son complice de révolte. Une nouvelle punition lui est infligée. Et il envisage de s’évader en compagnie du chef indien.

La veille du jour fixé, il organise dans le plus grand des secrets une fête à l’intention des patients et fait même entrer des filles dans l’établissement. Au petit matin, n’ayant pas pu donner le change, ils sont surpris par le personnel. L’infirmière, humiliée par cette révolte qui remet en question son autorité, s’en prend à l’un des malades les plus fragiles, Billy Bibbit, et menace de révéler à sa mère – qu’il vénère – les événements de la nuit de fête. Bouleversé, ce dernier se suicide.

Fou de douleur, Mac Murphy, qui avait pris sous sa protection Billy Bibbit, perd tout contrôle et s’en prend à l’infirmière qu’il essaie d’étrangler. Aussitôt maîtrisé, il est mis à l’écart et enfermé. Peu de temps après, une opération chirurgicale de lobotomie est effectuée sur lui et anéantit sa personnalité.

Par respect pour son ami réduit à un état végétatif, le « chef indien » se résigne à le tuer et, appliquant ce qu’ils avaient tous deux prévu, il s’évade de l’hôpital psychiatrique.


3. Fiche technique

  • Réalisation : Milos FORMAN
  • Année : 1975
  • Titre original : One flew over the cuckoo’s nest
  • Scénario : Lawrence HAUBEN et Bo GOLDMAN, d’après le roman de Ken KESEY
  • Directeur de la photographie : Haskell WEXLER
  • Musique : Jack NITZSCHE
  • Production : Saul ZAENTZ / Michael DOUGLAS / Fantasy Films
  • Distribution : Artistes Associés
  • Durée : 130 minutes

Distribution :

  • Randle Mac Murphy : Jack NICHOLSON
  • Miss Ratched : Louise FLETCHER
  • Bromden (le chef indien) : Will SAMPSON
  • Harding : William REDFIELD
  • Ellis Michael : BERRIMAN
  • Col Matterson : Peter BROCCO
  • Billy Bibbit : Brad DOURIF
  • Candy : Marya SMALL
  • Mr Turkle : Scatman CROTHERS
  • Cheswick : Sydney LASSICK
  • Un malade : Danny DE VITO
  • Hooker : Louisa MORITZ



Les droits de ce document sont régis par un contrat Creative Commons

et plus précisement par le contrat Creative Commons Paternité - Partage des Conditions Initiales à l’Identique Licence France 2.0 de Creative Commons, plus connue sous le nom de "CC-BY-SA".


Droits d'auteur © Henri Philibert-Caillat


4. Bande annonce


La bande annonce originale du film (1975).



Vol au-dessus d'un nid de coucou de Forman




Taille du texte


Partager sur :



 





Découvrez nos contenus

par catégories

par mots-clés

par dates d'ajout et de modification

Index alphabétique

Partagez vos connaissances !
Pour publier durablement et librement sur Internet, contactez-nous.





/a>