Varègues

Intérêt
Les Varègues étaient des Vikings qui voyagèrent vers l’est depuis la Suède. Vivant du commerce, de la piraterie et s’offrant comme mercenaires, ils écumèrent le réseau fluvial de ce qui sera plus tard la Russie, atteignant ensuite la mer Caspienne et Constantinople. Ils créèrent un ensemble de forts et de postes d’échanges installant le premier état russe.

Les Slaves et les Byzantins cependant ne distinguaient pas entre les Scandinaves et les Germaniques ou ceux rattachés. Dans la première chronique russe ce terme inclus aussi des Britanniques.

Table des matières

1. Rus'

Les Varègues (Varyags, en russe) sont mentionnés par la première chronique russe comme étant arrivés d’au-delà la mer Baltique, vers le IXe siècle, invités par les tribus slaves et finnoises pour pacifier la région. Ils étaient menés par Riourik (Rörek) et ses deux frères Askold et Dir, qui s’établirent autour de la ville slave de Novgorod. Ces premiers Varègues furent peut-être légendaires, mais une véritable colonisation suédoise, Aldeigjuborg, fut établie autour du lac Ladoga au VIIIe siècle. Les habitants slaves appelèrent ces suédois Rus’.

Le rôle de ces Varègues dans l'histoire russe fut un sujet important de discussion dans l'histographie russe au XIXe siècle. Les partisans de cette théorie normande sur l'État russe – incluant Nikolai Karamzin et plus tard, Sergueï Pogodin – pensaient que, d'après les indications de la première chronique, les Varègues avaient été invités par les Slaves de l'est pour qu'ils les gouvernent et maintiennent l'ordre. Cette théorie n'était pas sans implication politique. Dans les écrits de Karamzin la théorie normande justifiait la domination du peuple par l'aristocratie, et Pogodin utilisait la théorie pour expliquer que la soumission du peuple était volontaire depuis le départ – ce qui était contesté par les les plus libéraux de la société russe, et des historiens polonais.

Voir l'article Rus'.

2. La garde varègue


Les Varègues apparurent dans le monde byzantin en 839 quand l'empereur Théophile II négocia avec eux pour obtenir quelques mercenaires pour son armée. Bien que les Rus' eussent le plus souvent des relations pacifiques avec les Byzantins, les raids varègues depuis le nord n'était pas rares. Ces attaques eurent lieu en 860, 907, 911, 941, 945, 971, et finalement en 1043. Ces raids n'eurent d'autre succès qu'une renégociation des traités de commerce ; militairement, les Varègues étaient toujours vaincus par l'armée de Constantinople, qui utilisait le feu grégeois.

La classe gouvernante des deux villes-États puissantes de Novgorod et Kiev finit par devenir varègue, et les Byzantins purent bientôt acheter les services d'une force mercenaire officielle, qui devint la garde varègue. Ceci advint 988, quand le prince de Kiev, Vladimir Ier se convertit à l'orthodoxie. En échange de la main de la sœur de Basile II, Anne, Vladimir donna 6 000 Varègues comme garde personnelle. Elle fut l'un des éléments les plus efficaces et plus loyaux de l'armée byzantine, comme le rapporte la chronique d'Anne Comnène pendant le règne de son père Alexis Ier. Leur arme principale était une longue hache, mais ils utilisaient aussi l'épée et l'arc. Ce furent les seuls à défendre avec succès une partie de Constantinople pendant la Quatrième croisade, mais elle fut apparemment dissoute après la prise de la ville en 1204. À cette date le terme « varègue » référait à n'importe quel mercenaire du nord de l'Europe, et la garde était plus composée de Britanniques et de Normands que de Russes ou de Scandinaves.

L’un des membres les plus célèbres de la garde varègue fut celui qui allait devenir Harald III de Norvège, également connu sous le nom d’Harald Hardrada, qui arriva à Constantinople en 1035. Il participa à 18 batailles et devint ἀκόλυθοςἀ [acolythos], commandant de la garde avant de retourner chez lui en 1043.

Contrairement à la très forte influence viking en Normandie et dans les Îles britanniques la culture varègue ne survécut pas en tant que telle à l'est. Elle fut rapidement fondue dans le substrat slave.

3. Voir aussi

  • Riourik, Liste des monarques de Russie
  • Roslagen, Svealand, Svear
  • Aristocratie et bureaucratie byzantine

4. Liens externes

Thème:Moyen Âge







Taille du texte


Partager sur :



 


Évaluation 100.00 %
Contenu sous droits d'auteur — Dernière mise-à-jour : 2010-06-03 18:59:52




Découvrez nos contenus

par catégories

par mots-clés

par dates d'ajout et de modification

Index alphabétique

Partagez vos connaissances !
Pour publier durablement et librement sur Internet, contactez-nous.





/a>