Vandales

Intérêt
Les Vandales sont un peuple germanique oriental. Ils s’illustrèrent en pillant successivement la Gaule, la Galice et la Bétique (en Espagne), l’Afrique du nord et les îles de la Méditerranée occidentale lors des invasions barbares, au Ve siècle de l’ère chrétienne. Ils fondèrent également un éphémère « royaume vandale d’Afrique », ou « royaume de Carthage » (429–534).
Table des matières

1. Origines : du Ier au Ve siècle

L’origine des Vandales est probablement scandinave : il sont mentionnés pour la première fois par Tacite (Germanie, II).

Entre le Ier et le IIIe siècle, ils étaient établis en Germanie orientale, dans une région située entre la Vistule et l'Oder, au bord de la mer Baltique. Ils étaient alors très proches d'autres peuples barbares comme les Goths.

Le nom de Vandales, qui avait pu désigner plusieurs peuples barbares (Pline l'Ancien) fut bientôt porté par deux peuples frères : les Silings, installés sur le Main supérieur et qui donnèrent son nom à la Silésie, et les Hasdings, qui gagnèrent la Pannonie : il est possible que le nom de « Hasdings » ne fût alors porté que par la famille royale (L. Musset).

Quoi qu'il en soit, les Vandales installés au cours du IIIe siècle en Pannonie, entre le Danube et l'Illyrie, furent en contact durant près de deux siècles avec d'autres peuples non germaniques. C'est au cours de cette période de séjour dans les steppes que les Vandales devinrent, comme les Goths, un peuple de cavaliers. Il s'associèrent aux Sarmates, nation nomade d'origine iranienne, et notamment à leur principale tribu, celle des Alains.

2. Les « invasions barbares » (406–431)

Au début du Ve siècle, les Huns chassèrent les Vandales et leurs alliés Sarmates de leurs territoires. Les Hasdings et les Silings se joignirent alors à d’autres peuples germaniques (notamment les Goths, les Alamans, les Suèves, …) et se dirigèrent vers le cours supérieur du Rhin. Maintenus un temps sur la rive est du fleuve par le dispositif défensif romain (le limes rhénan), l’ensemble de ces peuples franchit le fleuve gelé durant l’hiver 406, entrant ainsi dans l’Empire romain occidental et participant aux « grandes Invasions ».

2.1. En Gaule (407409)

Les Vandales, comme leurs alliés, se heurtèrent à la résistance des Francs et d'autres peuples germaniques occidentaux fédérés au service de Rome. Ces derniers, d'abord vainqueurs furent cependant battus, principalement grâce à l'intervention de la cavalerie lourde des Alains.

Les Vandales participèrent ensuite à l'invasion de la Gaule qu'ils pillèrent, en tous sens, durant près de deux ans. Après quoi, ils migrèrent en compagnie des Alains et des Suèves vers l'Espagne.

2.2. En Espagne (419–429)

À l'automne 409, les Vandales entrèrent dans la péninsule ibérique, où ils s'installèrent avec une partie de leurs alliés alains (dont certains étaient restés dans le nord-ouest de la Gaule). Les Silings s'établirent un temps en Bétique avec les Alains : après une période de tranquillité, ils furent écrasés en 418 par les troupes fédérées des Wisigoths envoyées par Rome.

Les Hasdings s'établirent quant à eux en Galice, mais il s'y heurtèrent à la résistance des autochtones et aux Suèves voisins.

Aussi, en 419 – 420, l'ensemble des envahisseurs se réunit à nouveau en Bétique pour consolider ses positions : c'est à ce moment que le nom de Vandales les désigna communément (L. Musset). Ils pillèrent la région de la future Andalousie pendant une dizaine d'années. Cette étape fut très importante pour eux car elle leur permit de devenir le seul peuple barbare maîtrisant la navigation, tandis qu'ils élargirent le champ de leurs actions aux îles méditerranéennes et à la côte nord-africaine.

Enfin, c'est probablement durant leur séjour d'une vingtaine d'années en Espagne que les Vandales se convertirent à l'Arianisme, conversion qui fut lourde de conséquences par la suite.

2.3. En Afrique du nord (429–439)

En 428, Genséric devint roi des Vandales et des Alains. Probablement attiré par la richesse des côtes nord-africaines qu'il avait découverte en Maurétanie et devant l'épuisement des richesses de la Bétique, il décida d'organiser la migration de tout son peuple et de ce qui restait des Alains en Afrique du nord, réunissant ainsi près de 80 000 hommes selon les sources contemporaines.

L'« armée » ainsi constituée accomplit la traversée du détroit de Gibraltar en 429 et entra dans l'actuelle Algérie pour atteindre la ville de Bône (Hippone) en mai ou juin 430. Celle-ci tomba à la suite d'un long siège en 431.

Les Romains reconnurent l'établissement des Vandales en Algérie orientale et en Tunisie et tentèrent de les apaiser en signant un traité avec eux, en 435. Néanmoins, les Vandales reprirent leur progression le long de la côte pour prendre Carthage, le 19 octobre 439.

3. Le royaume vandale d'Afrique (429–534)

De 429 à 439, les Vandales conquirent une partie des territoires situés sur la côte nord-africaine et s'établirent durablement en Algérie orientale et en Tunisie. Ils contraignirent Rome à établir un traité avec eux par deux fois (en 435 et 442) et constituèrent un original royaume vandale d'Afrique, parfois nommé « royaume de Carthage », du nom de la capitale romaine d'Afrique qu'ils prirent en 439.

3.1. L'installation du royaume d'Afrique et la prise de contrôle de la Méditerranée (429–477)

En 439, les Vandales prirent la ville de Carthage (dans l'actuelle Tunisie), alors capitale de l'Afrique romaine. ils menacèrent ensuite rapidement l'Italie après avoir débarqué en Sicile en 440.

Aussi, en 442, l’empereur Valentinien III leur abandonna de nouvelles terres en Afrique par le biais d’un deuxième fœdus, reconnaissant ainsi la constitution du royaume vandale d’Afrique autour de Carthage.

Les Vandales, cependant, n'occupèrent jamais véritablement l'ensemble des terres qui leur avaient été abandonnées, principalement pour des raisons démographiques et à cause de leur isolement par rapport aux populations indigènes et romaines. Ils créèrent ainsi un vide rapidement occupé par les tribus berbères voisines. À l'inverse, c'est sur les territoires correspondant à l'actuelle Tunisie et à l'est de l'Algérie, qu'ils tentèrent d'asseoir durablement leur pouvoir depuis la ville de Carthage.

Pour cela, ils appliquèrent une politique de confiscation des terres appartenant à des propriétaires romains (contrairement aux autres barbares qui partagèrent simplement les terres). Les coutumes et les lois du Bas-Empire romain furent conservées dans leur royaume (tablettes d'Albertini, 493–496), mais les Vandales refusèrent toute assimilation avec la population indigène ou romaine, hypothéquant ainsi en grande partie leur avenir dans cette région.

De plus, continuant à poursuivre leur seul intérêt, ils assirent progressivement leur contrôle sur la Méditerranée méridionale : ils conquirent la Corse et la Sardaigne (455), rançonnèrent Rome (la même année) et prirent la Sicile (468), non sans avoir détruit une importante flotte byzantine envoyée contre eux.

Seule la mort de Genséric, en 477, marqua le terme de leur expansion : à cette date, les Vandales avaient achevé de couper l'Afrique de l'Empire romain.

3.2. Politique, religion et culture

Dès 430 avec le siège d'Hippone – événement dont la notoriété postérieure est largement dûe au rôle de saint Augustin dans l'historiographie chrétienne médiévale – les Vandales s'étaient heurtés à l'Église catholique. Celle-ci, comme par la suite dans nombre de royaumes barbares, était le refuge privilégié des cadres de la civilisation romaine du Bas-Empire en Afrique du Nord.

L'inimitié fut renforcée par la suite, notamment à cause des spoliations de terres et des mesures fiscales que prirent les souverains vandales d'Afrique à l'égard des populations indigènes : ces dernières, en effet, furent lourdement taxées par l'« administration » du royaume vandale.

Les conséquences de cet isolement du pouvoir vandale, en définitive, furent l'exclusion naturelle de toute véritable fusion entre Vandales, Romains et indigènes.

Sur le plan de la religion, les Vandales continuèrent à être adeptes de l'arianisme (hérésie chrétienne) : cela, également, contribua à ne pas faciliter les relations entre les Romains d'Afrique – les notables locaux – majoritairement catholiques et leurs nouveaux maîtres.

En même temps, l'apport des Vandales à l'Afrique du nord a longtemps été évalué comme très faible, certes en partie à cause de la faiblesse des témoignages archéologiques dont nous disposons.

Il est notable que les Vandales adoptèrent, au moins pour une partie d'entre eux, la langue latine et, dès le règne de Genséric, le style de vie romain : cela est confirmé, en archéologie, par l'invention de sépultures à inhumation offrant des objets attribuables à une culture germanique orientale (plaques et boucles de ceinture en métal cloisonné, fibules en arbalète, etc.), mais aussi des bijoux et du mobilier méditerranéens (bagues, bracelets, colliers, poteries).

Ces tombes sont situées dans des nécropoles suburbaines, dans des églises, comme à Haïdra ou à Tebessa et permettent d'évoquer une certaine acculturation des élites vandales. Ces dernières purent être promptes à adopter un style de vie urbain à l'instar, par exemple, des Ostrogoths en Italie. À Tebessa, une mosaïque montre encore un enfant vandale portant des vêtements romains : évidemment, ces témoignages ne valent que pour l'aspect matériel de la vie et peuvent aussi s'expliquer par la faiblesse numérique des envahisseurs immergés dans un milieu étranger.

La présence de sépultures sans objets, aussi, échappe à toute analyse, tout comme l'extrême rareté de témoignages archéologiques attribuables aux Vandales en milieu rural.

Le saccage systématique des côtes et des îles de Méditerranée occidentale (Espagne, Sicile (440), Corse, îles Baléares, ...) par les Vandales fidèles à leur tradition de pillages et désireux de profiter de leur supériorité maritime, eut aussi comme conséquences d'affaiblir un peu plus l'Empire romain et les provinces touchées ne s'en relevèrent jamais. Le royaume vandale s'étendant sur des régions productrices de céréales, l'approvisionnement en blé de l'Italie aussi avait été grêvé.

Pour autant, il semble que l'Afrique vandale conserva sa prospérité économique.

4. La chute des Vandales (533–534)

L'instabilité du trône vandale à la mort de Genséric provoqua la chute rapide du royaume vandale d'Afrique du nord.

Le problème religieux, la rivalité des héritiers, les rébellions berbères et l'éphémère tentative de reconquête de l'occident par l'empire romain d'Orient eurent raison du pouvoir vandale.

À la fin du mois d'août 533, sous le règne de l'empereur Justinien, le général Bélisaire débarqua en Afrique : il se rendit maître de Carthage deux semaines plus tard. En 534, le dernier roi vandale Gélimer se rendit à lui.

Les Vandales survivants furent alors déportés en masse en Asie, tandis qu'une partie d'entre eux se réfugia un temps chez les Maures. Ces derniers furent pris et déportés à leur tour en 539 – 540.

4.1. Héritage et réputation des Vandales

L’héritage des Vandales est traditionnellement jugé d’une importance assez faible. Mis à part quelques noms de lieux (la Vandalousie serait devenue l’Andalousie, par le biais de l’arabe Al Andalus), c’est surtout dans le vocabulaire moderne que leur héritage est le plus évident.

Dans de nombreuses langues, en effet, le qualificatif « vandale » a une connotation de terreur, de destruction aveugle, de pillage, de saccage. En français, le mot vandale a été employé pour la première fois dans un sens péjoratif par Voltaire en 1734. En 1794, l'Abbé Grégoire alors député à la Convention emploie le premier le terme vandalisme (P. Riché) : les Vandales sont donc devenus le stéréotype des peuples barbares du haut Moyen Âge dans l'historiographie française.

Leur réputation de pillards et de destructeurs a en réalité dû être largement exagérée par les anciens chroniqueurs : ces derniers étaient des hommes de l'Église catholique d'Afrique ou ses partisans. En réalité, les Vandales n'ont probablement pas causé plus de destructions que les autres peuplades germaniques qui avaient envahi l'Empire romain à la même époque.

Leur royaume arien d'Afrique du Nord fut organisé avec une méthode exemplaire : s'ils furent tolérants dans le domaine religieux envers leurs sujets catholiques ou juifs, ils brisèrent les tentatives du clergé catholique de résister à leur autorité, spolièrent les terres des riches propriétaires romains chrétiens et imposèrent de lourdes taxes foncières à leurs sujets.

Leur pillage de Rome, effectué sans destructions ni massacres, fut un modèle d'organisation : les Vandales passèrent un accord avec le pape Léon Ier, afin de récupérer les richesses de la ville sans violence. Ils divisèrent Rome, à cet effet, en îlots qui furent visités successivement et dont les objets de valeur furent systématiquement emportés.

Ainsi, aux yeux du clergé catholique, les Vandales avaient deux torts impardonnables :

  • ils avaient pratiqué le christianisme de rite arien, considéré par les catholiques comme une grave hérésie, et avaient causé la mort de saint Augustin, reconnu comme l'un des pères de l'Église romaine ;
  • ils s'étaient attaqués aux richesses de Rome et de l'Église, avec une efficacité inadmissible.

5. Rois vandales

Le Goth Théodoric le Grand, roi des Ostrogoths et régent des Wisigoths, était allié par mariage aux Vandales et aux Burgondes, ainsi qu'aux Francs (sous le règne de Clovis chez ces derniers).

Avertissement concernant les noms propres du haut Moyen Âge


De nombreuses graphies existent pour les noms propres germaniques de cette période : celles-ci sont dues soit aux scribes, soit à l'évolution de la langue durant la période qui s'étend du Ve au VIIIe siècle, soit aux historiographies française et allemande du XIXe siècle.

Si la graphie la plus proche du nom original est préférable, lorsque qu'une graphie moderne est d'usage courant – en particulier dans le cas de personnages célèbres – cette dernière est ici privilégiée pour des raisons de cohérence des liens.

Dans ce cas, la forme la plus courante dans l’historiographie française est utilisée en priorité : la forme germanique ou latine est citée entre parenthèses et en italique. Exemple : Clovis (Chlodowech).

Généalogie des rois Hasdingii :

 Godegisèle (Godageisal) (?-406, roi)
   |
   +--------- Gunderic (?-428, roi 406-428)
   |
   +--------- Genséric (Gaiseric) (v. 389-477, roi 428-477)
                 |
                 +-------- Huneric (?-484, roi 477-484)
                 |            |
                 |         Eudocia-------- Hilderic (?-533, roi 523-530)
                 |
                 +-------- Thiuderic (?-v. 480)
                 |
                 +-------- Gento (mort avant 477)
                              |
                              +-------- Godageis (mort avant 484)
                              |
                              +-------- Gunthamund (?-496, roi 484-496)
                              |
                              +-------- Thrasamund (?-523, roi 496-523)
                              |
                              +-------- Geilarith
                                           |
                                           +-------- Gélimer (Geilimer) (?-553, roi 530-534)
                                           |
                                           +-------- Tatta (?-533)
                                           |
                                           +-------- Ammata (?-534)

Il y eut bien plus de membres de la famille royale vandale que ceux nommés ici ; seuls ceux dont le nom et la généalogie sont connus ont été indiqués. Hoamer et son frère Hoageis sont manquants, leur place exacte dans l'arbre généalogique étant inconnue.

6. Chronologie

  • 279 : Dans les Balkans, Probus rejette les Burgondes et les Vandales hors de Rhétie.
  • 334 : Les Goths protègent l'Empire romain contre une invasion vandale dans la région danubienne.
  • 406 : Les Vandales envahissent la Gaule avec les Alains et les Suèves.
  • 409 : Les envahisseurs vandales, alains et suèves se partagent l'Espagne en tirant au sort.
  • 425 : Les Vandales construisent une flotte méditerranéenne.
  • 425 : Les Vandales s'emparent des Îles Baléares.
  • 425 : Les Vandales, les Ostrogoths et les Wisigoths s'installent dans les anciennes provinces romaines.
  • 428 : règne de Genséric (Gaiseric), roi des Vandales et des Alains
  • 429 : 80 000 Vandales et Alains conduits par Genséric traversent le détroit de Gibraltar pour se répandre en Afrique du Nord.
  • 430 : Saint Augustin, évêque d'Hippone (Bône), meurt durant le siège de sa ville par les Vandales.
  • 421 : prise d'Hippone par Genséric
  • 432 : Fondation du royaume des Vandales en Afrique du Nord.
  • 439 : Les Vandales s'emparent de Carthage, de la Sardaigne et de la Corse.
  • 442 : Le roi Genséric signe un traite de paix avec l'empereur Valentinien III et l'approbation de Théodose II.
  • 442 : Les Vandales rendent la Sicile, récemment envahie, en échange de la Numidie et les deux provinces de Mauritanie (Maroc et Algérie) ; ils reçoivent un traité pour diriger la province romaine d'Afrique (Tunisie et Libye occidentale).
  • 449 : Attila s'allie aux Vandales contre Rome.
  • 455 : Les Vandales, partis d'Afrique du Nord et conduits par Genséric, prennent et pillent Rome, puis s'établissent en Sicile.
  • 468 : Les Vandales s'emparent de la Sicile.
  • 468 : Victoire des Vandales sur la flotte byzantine au Cap Bon.
  • 477 : Mort de Genséric
  • 523 : Hildéric devient roi des Vandales
  • 523 : Décès de Thrasamund, roi des Vandales et des Alains
  • 534 : Les forces de Byzance conduites par Bélisaire conquièrent le royaume des Vandales en Afrique du Nord et capturent le roi vandale Gélimer.


Copyright © les auteurs de l’article original sur le site Wikipédia : l’encyclopédie libre et gratuite pour les sections inaltérées et – dans le cas d’une version modifiée – les auteurs de ce document sur Libre Savoir. (Dans le cas où le nombre total de contributions est supérieur au nombre affiché sur la page d’historique du document, veuillez utiliser les liens de navigation pour obtenir la liste complète des auteurs.)
Thème:Histoire du MaghrebThème:Rome antiqueThème:Grandes Invasions







Taille du texte


Partager sur :



 


Évaluation 100.00 %
Contenu sous droits d'auteur — Dernière mise-à-jour : 2011-05-21 10:54:28




Découvrez nos contenus

par catégories

par mots-clés

par dates d'ajout et de modification

Index alphabétique

Partagez vos connaissances !
Pour publier durablement et librement sur Internet, contactez-nous.





/a>