Toponymie

Intérêt
La toponymie est la science qui étudie les noms de lieux (toponymes). Elle se propose de rechercher leur signification, leur étymologie, mais aussi leurs transformations au fil des siècles. Avec l’anthroponymie (étude des noms de personnes), elle fait partie de l’onomastique (étude des noms propres), elle-même branche de la linguistique. Le nom des habitants découlant des toponymes est l’ethnonyme ou le gentilé.

Le domaine de la toponymie est vaste. Cette science étudie en effet les noms de lieux habités (villes, villages, hameaux et écarts) mais aussi les noms liés au relief, aux rivières, aux voies de communication (routes, rues). Elle peut aussi aborder des domaines plus restreints (noms de villas ou d'hôtels par exemple).


1. Historique

La toponymie a toujours intéressé les érudits, à l'origine d'interprétations souvent douteuses ou farfelues. Elle n'a acquis son caractère scientifique que dans la seconde moitié du XIXe siècle. En France, une étape importante a été la réalisation de dictionnaires topographiques pour chaque département, projet mis en place dans les années 1870 mais qui n'a hélas abouti que pour une trentaine de départements. Chaque toponyme y est présenté avec un maximum de détails sur son évolution au fil des siècles, à partir de sa première mention dans les textes les plus anciens, généralement médiévaux.

Même si certains ont étudié le sujet avant lui, Auguste Longnon est considéré comme le fondateur en France d’une toponymie véritablement méthodique et systématique, avec son ouvrage Noms de lieux de la France, paru en 1920. Par la suite, d’autres chercheurs ont développé les travaux de Longnon, notamment Albert Dauzat, Charles Rostaing et Ernest Nègre. Aujourd’hui, plusieurs spécialistes continuent d’approfondir les recherches toponymiques, mais on peut regretter qu’ils soient trop peu nombreux et surtout trop méconnus.

2. Classification des toponymes français

Il existe deux façons de classer les toponymes en France. On peut le faire selon les diverses strates linguistiques qui se sont succédé dans le pays, depuis le pré-indo-européen jusqu'au français moderne (une variante de cette classification est de diviser les noms par périodes historiques). On peut aussi privilégier un classement selon la nature des lieux : rivières, montagnes, terres cultivées et incultes, lieux d'habitation, lieux de culte, termes liés à l'élevage, à l'industrie ou à l'artisanat, etc.

2.1. Classement par strates linguistiques ou historiques

2.1.1. Toponymes préceltiques

Il est évident que certains toponymes remontent à ce qu’on peut appeler « la nuit des temps », on les appelle par commodité pré-indo-européens ou encore préceltiques. Ils sont surtout liés au relief ou à l’hydrologie. Faute de documents, on les regroupe par racines, certaines plus ou moins douteuses, d’autres avérées par le grand nombre des toponymes qui leur correspondent. C’est le cas de la racine kal/kar, avec le sens de rocher, sommet rocheux, mais aussi rivière caillouteuse, à l’origine d’une impressionnante liste de toponymes, par exemple les cours d’eau de la Garonne, de la Charente ou du Cher.

Quelques racines préceltiques :

  • al, alis (hydr.) : Ill, Alsace
  • ar (hydr.) : Arc, Hérault
  • atur (hydr.) : Adour, Yerre
  • dora (hydr.) : Durance, Drôme, Dordogne
  • rod (hydr.) : Roanne, Rhône
  • calm (relief) : La Chaux, Chaumes, Montcalm
  • cant (relief) : Cantal
  • clap (relief) : la Clape

On ajoutera que des termes très fréquents en toponymie (roche, motte) sont vraisemblablement d’origine préceltique.

2.1.2. Substrat celtique

Les Celtes étaient sans doute installés en Gaule dès le Ve siècle av. J.-C., puis leur population s'est étendue jusqu'à la Méditerranée et aux Pyrénées. Si le substrat celtique est assez pauvre au niveau des noms communs, il est au contraire très riche en toponymie. Certains des termes considérés comme celtiques sont sans doute préceltiques, mais il est difficile de faire la différence. Beaucoup de racines celtiques (ou gauloises, c'est la même chose) sont utilisées dans des noms composés. La liste ci-dessous présente quelques-unes des racines les plus employées :

  • briga (= mont, puis château-fort) : La Brigue, Vandœuvre, Vendeuvre (Vandobriga)
  • briva (= pont) : Brive, Chabris
  • condate (= confluent) : Condé, Condat
  • dunum (= colline, puis forteresse) : Lyon (Lugdunum), Verdun (Virodunum), Autun (Augustodunum)
  • ialo (= espace découvert, terre défrichée puis village) : utilisé comme suffixe, ce terme est à l’origine de la plupart des noms de localités terminés par -euil (Argenteuil, Auteuil, Verneuil)
  • magos ou magus(= champ, puis marché) : Caen (Catumagos), Rouen(Rotomagos), Senlis (dont le nom primitif était Augustomagus), Charenton, Argentan, Argenton
  • nanto (= vallée) : Nans, Nantua, Mornant
  • ritum (= gué) : Bédarrides, Chambord, Niort, Limoges (Augustoritum)
  • nemetum (= temple, lieu sacré) : Augustonemetum (un des anciens noms de Clermont-Ferrand)

Les toponymes gaulois peuvent aussi être liés à des noms de divinités, par exemple Lug (Lyon, Laon) ou Nemausos (Nîmes, Nemours). D’autres, plus tardifs, ont été donnés à de grandes villes en fonction des peuples gaulois qui les habitaient (Paris, Metz, Nantes par exemple). Voir à ce sujet Liste des peuples gaulois en France.

2.1.3. Noms grecs

Les Grecs, en sillonnant la Méditerranée, y ont établi un certain nombre de comptoirs. C’est le cas notamment des Phocéens, probables fondateurs de Marseille, mais le nom même de la ville (Massalia) n’est sans doute pas grec et son origine demeure obscure. Ce n’est pas le cas pour d’autres villes méridionales, dont l’étymologie grecque est à peu près certaine : Agde (Agathê = bonne), Nice (Nikaia = victorieuse), Antibes (Antipolis = la ville d’en face), ou encore Leucate (Leukatês, dérivé de leukos = blanc). Même origine grecque pour Monaco (Monoikos, terme évoquant la solitude, interprété différemment selon les auteurs : soit la maison solitaire, soit un site dédié à Héraklès Monoikos). On peut aussi signaler que le suffixe -polis (la ville) a été utilisé beaucoup plus tard dans d’autres formations, par exemple Gratianopolis, l’actuelle Grenoble.

2.1.4. Latin et roman

Cette catégorie, la plus vaste de toutes, inclut d’une part les toponymes créés à l’époque de la domination romaine, dont les exemples sont nombreux, même si les toponymes n’ont pas forcément survécu sous leur forme latine : Aquae Augustae (Dax), Narbo Martius (Narbonne), Aquae Sextiae (Aix-en-Provence), Forum Martis (Corseul)... On y trouve aussi tous les noms qui ont été créés par les diverses langues romanes, en particulier la langue d’oïl, l’occitan ou le francoprovençal, avec leurs nombreux dialectes et variantes régionales, mais aussi le corse et le catalan. On se contentera ici d’évoquer les noms de domaines dits gallo-romains, à l’origine de tant de noms de villes et de villages.

Lorsque les défrichements permettaient la création d’un nouveau domaine rural, puis d’une agglomération, le suffixe gaulois le plus utilisé était -ialo (-euil après évolution phonétique). Deux nouveaux suffixes apparaissent avec la colonisation romaine. L’un est latin (-anum) et est à l’origine de la plupart des toponymes occitans ou catalans terminés par -an ou par -a : Lézignan, Perpignan, Frontignan, Corneilla, Vinça. De tels noms sont formés à partir du probable fondateur du domaine, par exemple Frontinius pour Frontignan ou Cornelius pour Corneilla. Ils jouaient au départ le rôle d’adjectifs accompagnant des termes tels que fundus ou villa.

Le second suffixe, peut-être d’origine gauloise, est -acum. C’est lui qu’on retrouve dans des centaines de noms de communes terminés par -ac, -ay, -é, -ey ou -y. Par exemple, Aurelius est à la fois à l’origine des communes d’Aurillac et d’Orly. Quelques autres exemples : Champigny, Chantilly, Vitrac, Vitré, Vitry, Fleurey, Fleury, Floirac, Florac, Fleurac, Savenay, Savignac, Savigny, Sévigny.

2.1.5. Noms germaniques

Les invasions germaniques ont forcément laissé des traces dans la toponymie. C’est évident pour l’Alsace, c’est aussi vrai pour une bonne partie du nord de la France et, plus rarement, pour les régions méridionales. Les nouveaux domaines créés à la fin du haut-Moyen Âge et à l’époque carolingienne sont maintenant formés à partir d’anthroponymes germaniques. On continue d’utiliser le suffixe -acum, mais on emploie aussi le suffixe -ing, le plus souvent -ingen, que l’on retrouve dans les toponymes alsaciens mais aussi, sous les formes -ange ou -ingues (et variantes diverses) dans les régions voisines : Affringues, Gravelines, Puttelange, Hagondange. De nombreux noms germaniques liés au relief, à la végétation ou à l’habitat sont également utilisés. En voici quelques-uns :

  • berg (= montagne) : Berg, Kayserberg
  • baki (= cours d’eau, ruisseau) : Forbach, Merlebach, Roubaix, Wambez
  • burg (= place-forte, puis ville) : Strasbourg, Bourg-en-Bresse, Le Bourget
  • dorf (= village) : Torpes, Brouderdorff
  • fara (= famille, puis domaine) : La Fère, Fèrebrianges
  • ham, heim (= maison, puis hameau, village) : Molsheim, Hames, Hamel

2.1.6. Toponymes normands

Ces toponymes pourraient être rattachés à la rubrique précédente, dans la mesure où les Normands sont un peuple germanique, utilisant une langue germanique. Cependant, celle-ci (le norrois) est suffisamment différente des autres pour mériter une rubrique spéciale, d'autant que les toponymes créés ne se rencontrent en principe qu'en Normandie et sont très caractéristiques. Le norrois est en effet à l'origine de divers suffixes (-beuf, -fleur, -tot) entrant en composition dans de nombreux noms de villes et de villages.

Voir l'article spécialisé Toponymie normande.

2.1.7. Toponymes bretons

Les toponymes bretons peuvent avoir des origines gauloises ou gallo-romaines (à noter par exemple les nombreux villages terminés par -ac). Mais on retiendra surtout les noms celtiques formés sur des racines venues d’outre-Manche. Chacun connaît les toponymes commençant par ker (variantes : car, quer). Plus de 18 000 noms de lieux bretons sont formés sur cette racine. En vieux breton, ker avait le sens d’enceinte fortifiée. Par la suite, il pourra désigner indifféremment une ferme, un hameau ou un village. Quelques exemples : Kergrist, Kermaria, Kersaint.

D'autres termes servent à désigner des agglomérations. Voici les plus courants :

  • treb, trev (lieu habité, puis église succursale) : Trébédan, Tréguennec, Trévou-Tréguignec
  • lann (à rapprocher du gallois llan = église, mais aussi du breton lann = lande, d’où le fait que le terme a été souvent associé à des ermitages) : Lamballe, Landivisiau, Lanester
  • lok (du latin locus, avec ici le sens de lieu sacré, église ou paroisse dédiée à un saint) : Locmaria, Locronan, Loctudy.
  • plou (du latin plebem = peuple, mais ayant pris en breton le sens de paroisse) : Plougastel (la paroisse du château), Plounévez (la nouvelle paroisse), Plouhinec (la paroisse aux ajoncs).

Voir article spécialisé : Toponymie bretonne.

2.1.8. Toponymes basques

Le basque étant une langue agglutinante, il n’est pas rare de trouver des toponymes basques assez longs. Le plus souvent cependant, on a affaire à des toponymes formés sur les modèles nom + adjectif, complément du nom + nom, complément du nom + nom + adjectif. Le toponyme peut se terminer par l’article postposé -a. On peut cependant citer quelques curiosités assez impressionnantes, mais surtout au niveau des lieux-dits. Ainsi Éric Vial (Les noms de villes et de villages, éd. Belin) cite, dans la commune de Béhorléguy, le lieu-dit Inthasendarragiratzeburukoharia, autrement dit le rocher du sentier boueux du bout de la fougeraie. Un certain nombre de mots reviennent très souvent dans la composition des toponymes. On citera par exemple :

  • bide (= chemin) : Bidache, Bidarraye, Bidart
  • etxe (= maison) : Etcharry, Etchebar
  • iri (= village) : Irigaray, Irigoyen, Iriberry
  • mendi (= montagne) : Mendy, Mendigara, Mendigorry
  • ur (= eau) : Uhart, Uhalde

Voir article spécialisé : Toponymie basque.

2.2. Classement selon la nature ou la destination des lieux

2.2.1. Topographie

Les villages médiévaux se sont souvent bâtis sur des hauteurs. D’où le très grand nombre de toponymes comportant le mot mont, parfois seul (Mons), le plus souvent en composition avec un adjectif (Montaigu, Beaumont, Clermont, Montfort) ou un nom de personne (Montbéliard, Montdidier). Les sommets sont aussi fréquemment désignés par le latin podium, à l’origine des mots occitans puy, pech ou pey (Le Puy, Puylaurens, Puget).

S’il y a des sommets, il y a aussi des vallées, et là encore les toponymes sont innombrables : Laval, Valbonne, Vals, Vaux, Vaucresson, Levallois. Quant aux villages, ils peuvent être bâtis entre deux vallées (Entrevaux, Entraigues), mais surtout à proximité de cours d’eau ou de sources. Le latin rivus a été très productif (Rieux, Rioux, Xonrupt), tout comme fons (source) et son dérivé fontana (fontaine) : Fontanges, Fontenay, Fontenelle, Fontevrault.

2.2.2. Végétation et cultures

Lorsque le relief ou la présence d'un cours d'eau ne sont pas suffisamment pertinents, le plus simple est de nommer un lieu en fonction de sa végétation, forêts ou bois, champs cultivés, prés, landes.

Si on prend le seul exemple des lieux boisés, on s’aperçoit que 56 communes françaises ont le mot forêt dans leur nom, tandis que celles qui comportent le mot bois se comptent par centaines. À quoi on peut ajouter le latin silva, à l’origine de nombreux toponymes (La Selve, Lasseube, Tresserve), ou encore le gaulois brogilo (bois clôturé), à l’origine des divers Breuil, Breil ou Brille. Les bois sacrés (latin lucus) ont donné notamment Le Luc, Luc, Lucq ou encore Lucmau, Luplanté. On peut aussi nommer les lieux en fonction de l’arbre ou de la plante qui y pousse :

  • le houx : Aigrefeuille, Gréolières, Arfeuilles, Arpheuilles
  • l'aulne : Lannoy, Launay, Aulnoye
  • le noisetier : Lavelanet, Averan, Coudray, Corroy
  • le buis : La Boissière, Bussières, Buxières
  • le châtaignier : Châtenoy, Castanet, Castagnède
  • le hêtre : Faux, Fay, La Fage, La Fayette
  • la fougère : Feugères, Fougères, Fougerolles
  • le frêne : Fresnay, Fresnoy, Fraisse
  • le tilleul : Tilly, Le Theil, Thieux

2.2.3. Habitation

L’habitat peut être groupé ou dispersé. Dans le premier cas (villes, villages), on a déjà vu l’importance des suffixes latins ou latinisés -acum et -anum. Une autre façon de former ces macrotoponymes est d’utiliser le mot ville (qui selon les époques a son sens latin de domaine rural ou celui d’agglomération), soit au début du nom, soit à la fin, le plus souvent en composition avec un adjectif (Belleville, Villefranche) ou un nom de personne (Villegaudin, Villehardouin). Très productif également le mot cour (Clignancourt, Courdimanche, Cours), évoquant au départ un domaine rural.

S’agissant de villages, de hameaux, de petits groupes de maisons, on a beaucoup utilisé le latin villare : Villars, Villiers, Villersexel, Aubervilliers. Autre emploi fréquent : celui du mot vicus (Vic, Vicq, Vy, Neuvic, Neuvy et de son dérivé vicinus (Beauvoisin, Le Vésinet).

Puis vient l’habitat dispersé, celui du mansus latin et du mansionile. Le premier donne les nombreux toponymes occitans comportant le mot mas, par exemple Le Mas-d’Azil. Le second est à l’origine de l’ancien français mesnil, qu’on retrouve dans Ménilmontant ou Le Blanc-Mesnil. On n’oubliera pas les fermes, fréquemment représentées par le mot d’origine germanique borde et ses dérivés : Bourdeaux, Bourdelles, Lasbordes. Enfin, le latin casa est à l’origine de Cazes, La Chaise ou encore Chezeneuve.

2.2.4. Métiers, industries

Deux sortes de bâtiments ont laissé d’importantes traces en toponymie : la forge et le moulin, assez proches l’un de l’autre car au Moyen Âge tous deux étaient mus le plus souvent par l’énergie hydraulique. Il est d’ailleurs fort possible que des termes tels que mouline ou moulinet aient désigné des forges plutôt que des moulins.

Le mot latin désignant une forge était fabrica. On lui doit les toponymes La Faurie, Farges, Fargues, ou encore Fabrègues et Faverges, sans compter les nombreux Forge(s), par exemple Forges-les-Eaux. L’extraction du fer est pour sa part évoquée par les nombreux Ferrières ou La Ferrière présents un peu partout en France.

Les moulins sont bien sûr représentés par des toponymes tels que Moulins, mais aussi par Bécherel ou Becquerel (métaphore évoquant le bruit du moulin, à partir du terme becquerelle = bavarde), Choiseul (moulin à augets), Quincampoix (à qui qu’il en pèse, phrase qui aurait été prononcée par les meuniers).

D'autres lieux évoquent des carrières (La Perrière), des sablières (Sablonnières), des salines (Salival), des tuileries (Thuillières), des verreries (Verrières) ou même des savonneries (Savonnières), mais on n'oubliera pas que la France était surtout rurale, avec de nombreux termes liés à l'élevage, aux cultures et à la commercialisation des produits.

2.2.5. Fortifications

Parmi les termes évoquant les forteresses médiévales, il convient de retenir d’abord le mot roche (ou roque selon les régions, latin rocca sans doute d’origine préceltique), qui peut certes désigner un rocher, mais qui dans la plupart des cas a été attribué à des châteaux bâtis sur des éperons rocheux. D’où les nombreux Roquefort et Rochefort, ou encore Laroque-des-Albères, La Roche-Guyon et bien d’autres.

Autre terme très fécond, château (latin castellum) : Châteaufort, Châteauneuf, Castelsarrasin, Castelnaudary et les diminutifs Châtelet ou Castelet. On ne confondra pas castellum avec castrum qui désignait non pas un château, mais une ville ou un village fortifiés. C’est à castrum que l’on doit Castres et Castries, mais aussi La Châtre ou Châtres.

D’autres mots ont évoqué des fortifications, par exemple mur, qui semblerait lié souvent à des enceintes d’origine romaine : Mur-de-Bretagne, Murs, Murat, Murviel. On n’oubliera pas plessis, terme désignant au départ un enclos, mais en général attribué à des enclos fortifiés. 26 communes françaises s’appellent Plessis, ainsi que des dizaines de hameaux.

2.2.6. Domaine religieux

La christianisation du pays a entraîné celle de ses toponymes. Plusieurs d'entre eux désignent des bâtiments religieux ayant pour origine des noms latins :

  • cella (grenier à provisions puis ermitage, petit monastère) : La Celle, La Celle-Saint-Cloud, La Lacelle
  • basilica (tribunal ou marché, puis église) : Bazoches, Bazeilles
  • ecclesia (église) : Neuvéglise, Églisolles, Grisolles
  • monasterium (monastère) et son dérivé *monasteriolum : Montreuil, Montreux, Moustier, Monthiers, Noirmoutier
  • oratorium (petite chapelle, oratoire) : Ouroux, Ouzouer, Oradour
  • cappella (chapelle) : La Capelle, Capelle, La Chapelle
  • altare (autel) : Les Autels, Autheux, Les Authieux (le terme pourrait, dans certains cas, s’appliquer à des dolmens)

Diverses localités sont vouées à Dieu : Villedieu, La Chaise-Dieu, Dieulefit. Mais l’immense majorité des noms d’origine religieuse est constituée par les hagiotoponymes, terme désignant des localités dédiées à un saint. Le plus vénéré d’entre eux est saint Martin, évangélisateur de la Gaule, qui a donné son nom à 238 communes (voir Saint-Martin) et à d’innombrables hameaux. Il est suivi par Jean (171), Pierre (162), Germain (127) et Laurent (99). À l’exception de la Vierge Marie, les saintes sont beaucoup moins nombreuses, la plus populaire étant sainte Colombe (28 communes). On ajoutera que saint(e) est parfois remplacé par don ou dan, dame, par exemple dans Dampierre, Dompierre (en comptant ces toponymes, Pierre prend la seconde place à Jean), Dammartin, Dammarie, Dannemarie, Dame-Marie.

En comptant tous les saint(e), les dan (dame) ou don, sans oublier les toponymes bretons commençant par exemple par loc, environ 5000 communes françaises sont dédiées à des saints, sur les 36 497 que compte le pays.

2.2.7. Routes et chemins

Les routes romaines ont laissé leur trace pas forcément dans le paysage, mais assez souvent dans la toponymie. Quelques exemples :

  • strata : Lestrade, Estrée, Étrez
  • via : Aubevoye, Courbevoie, ou encore le diminutif Viols
  • calceata (chaussée) : La Chaussée, Cauchy, La Caussade

Les embranchements sont surtout représentés par les noms formés sur quadrivium (ou quadruvium), autrement dit un carrefour : Carrouges, Charroux, Charols. Trivium est à l’origine de Trèves, et il y a de fortes chances pour que Cinquétral signifie cinq routes.

Autres éléments liés aux routes, les ponts, représentés par le gaulois briva (Brive) ou par le latin pons, qui l’a souvent remplacé. Ainsi Briva Isarae est devenu Pontoise. Peuvent également être rattachés aux routes les relais et les auberges. Le latin stabulum (écurie, puis relais, auberge) a donné Les Estables, Étables ou Étaules. Quant à taverna, on lui doit Tavernay, Malataverne ou encore le Ternay de l’Isère.

L'étude des voies de communications s'appelle l'odonymie. Outre les lieux cités ci-dessus, l'odonymie s'intéresse aussi aux rues. Ces dernières, pendant des siècles ont tiré leur nom du lieu vers lequel elles menaient (rue du Moulin), du métier qu'on y pratiquait (rue des Tanneurs), d'un personnage important qui y habitait (rue Mazarine), d'un bâtiment qui s'y trouvait ou de son enseigne (rue du Plat-d'Étain) etc. Sous la Monarchie de Juillet, on a recommandé aux communes de donner à leurs rues des noms de batailles victorieuses : d'où les nombreuses rues de Wagram ou de Marengo. Par la suite, ce furent les personnages célèbres que l'on conseilla d'utiliser, la France étant remplie d'artères ou de places dédiées à Victor Hugo, à Pasteur, au maréchal Foch ou au général de Gaulle. Plus récemment, la création de nouveaux quartiers ou de lotissements a entraîné des choix discutables, toutes les rues d'un même secteur étant consacrées à un thème unique : arbres, fleurs, oiseaux, sportifs célèbres etc. Il est évident qu'il n'y a pas la moindre pervenche dans la rue des Pervenches, ni, hélas, le moindre coquelicot dans celle des Coquelicots.

2.3. Créations modernes et contemporaines

Un certain nombre de communes ont été au fil des siècles débaptisées, généralement pour prendre le nom d'une personnalité. Quelques exemples :

  • Albertville (Savoie), ainsi nommée en 1834 en l'honneur du roi de Sardaigne Charles-Albert.
  • Amélie-les-Bains, 1840, en l'honneur de la reine Amélie, épouse de Louis-Philippe.
  • Bourg-Madame, 1815, en l'honneur de Madame, femme du duc d'Angoulême.
  • Broglie, 1742, en l'honneur du duc de Broglie, qui en avait la seigneurie.
  • Decazeville, 1827, en l'honneur du ministre Decazes.
  • Eugénie-les-Bains, 1861, en l'honneur de l'impératrice Eugénie de Montijo.

On n'oubliera pas les communes de la région parisienne, dont certaines ont été créées au XIXe siècle, avec des noms parfois liés à des auberges ou des guinguettes. C'est le cas, pour des raisons diverses, de Malakoff, Le Kremlin-Bicêtre ou Robinson. Autre nouveauté de la fin du XIXe siècle, la commune de Jullouville, station balnéaire créée en 1881 par Armand Jullou.

Deux curiosités du XXe siècle :

  • Genilac, commune née en 1973 de la fusion de Saint-Genis et de La Cula.
  • Parnoy-en-Bassigny, commune née de la fusion de Parnot et de Fresnoy.

Au rang des créations contemporaines, il faut placer les départements, qui datent de 1790 et dont les noms, sans grande originalité, renvoient presque tous à la rivière qui les traverse ou à la montagne qui les domine. Plus récemment, les régions administratives ont parfois repris les noms d'anciennes provinces, mais on a aussi assisté à la naissance de curieux hybrides, telle la région Provence-Alpes-Côte-d'Azur, abrégée en PACA.

2.4. Mélioratifs

L’usage de mélioratifs dans la dénomination des toponymes n’est pas une nouveauté, et dès le Moyen Âge les agglomérations nouvelles, peut-être pour attirer vers elles les populations des villages voisins, vantaient le charme ou la sécurité des lieux, voire les avantages qu’on pouvait en tirer. L’adjectif beau entre ainsi en composition dans d’innombrables noms de lieux. Le plus banal de tous : Beaulieu, nom de 23 communes françaises. Guère plus original : Belleville (seul ou en composition dans 14 communes). Mais comme les nouveaux villages étaient souvent situés sur des hauteurs, c’est Beaumont qui est largement en tête (55 communes).

Depuis ces hauteurs, la vue était imprenable, gage de sécurité et éventuellement de plaisir. D'où les noms tels que Mirabeau, Mirabel, Beauregard, Beauvoir ou Belvédère. L'idée de forteresse imprenable apparaît notamment dans des noms tels que Bellegarde.

Si le lieu n’est pas qualifié de beau, il peut être nommé bon, les deux termes étant souvent équivalents en ancien français : Bonneville, Bonneval, Bonrepos. Enfin, il n’est pas rare que des localités dont le nom ancien commençait par mal- se soit transformées pour être plus attrayantes. Ainsi, dès le Moyen Âge, Malpas (le mauvais passage) est devenu Bompas (Pyrénées-Orientales).

On peut également considérer comme des mélioratifs des termes tels que Villeneuve ou Villefranche. Souvent créées au XIIIe siècle, ces localités offraient dans bien des cas à leurs habitants l'exemption des droits seigneuriaux si pesants dans les villages voisins.

3. Glossaire succinct

  • Hagiotoponyme : toponyme portant le nom d’un saint.
  • Hydronyme : nom de lieu ayant un rapport avec l’eau (cours d’eau, source, fontaine, lac…).
  • Macrotoponyme, microtoponyme : on a coutume d’appeler macrotoponymes les noms de lieux désignant des agglomérations, des reliefs ou des cours d’eau suffisamment importants. Le terme de microtoponymes est réservé aux lieux-dits, noms figurant sur les cadastres mais généralement absents des cartes topographiques.
  • Odonyme (parfois écrit hodonyme) : nom désignant une route, une rue, un chemin.
  • Oronyme : nom de lieu lié au relief : montagnes, collines, mais aussi plaines, plateaux, vallées.

4. Typographie des toponymes

Noms officiels : les noms officiels composés, français ou francisés, comportent un trait d'union entre tous les termes, sauf après l'article initial ou lorsqu'il y a une apostrophe. Exemples : L'Île-Rousse, La Roche-sur-Yon, Saint-Vincent-et-les Grenadines. Tel n'est pas le cas des noms en langue étrangère : New York, Los Angeles ou Buenos Aires.

5. Voir aussi :

  • Noms de lieux insolites
  • Toponymie normande

6. Bibliographie

Ouvrages utilisés :

  • Charles Rostaing : Les Noms de lieux (Que sais-je, PUF 1961, épuisé)
  • Albert Dauzat et Charles Rostaing : Dictionnaire étymologique des noms de lieux en France (Larousse 1963, épuisé, réimpression Librairie Guénégaud)
  • Éric Vial : Les noms de villes et de villages (Belin, collection le français retrouvé, 1983) ISBN 2701104769
  • Ernest Nègre : Toponymie générale de la France (3 vol. Droz 1990-1998) ISBN 2600001336
  • Louis Deroy et Marianne Mulon : Dictionnaire des noms de lieux (Le Robert, 1994) ISBN 285036195X

On consultera aussi les divers ouvrages parus dans la collection Noms de lieux, classés par régions ou départements (éditions Bonneton).



Copyright © les auteurs de l’article original sur le site Wikipédia : l’encyclopédie libre et gratuite pour les sections inaltérées et – dans le cas d’une version modifiée – les auteurs de ce document sur Libre Savoir. (Dans le cas où le nombre total de contributions est supérieur au nombre affiché sur la page d’historique du document, veuillez utiliser les liens de navigation pour obtenir la liste complète des auteurs.)



Évaluation 66.67 %
Contenu sous droits d'auteur — Dernière mise-à-jour : 2017-04-26 09:48:46




Découvrez nos contenus

par catégories

par mots-clés

par dates d'ajout et de modification

Index alphabétique

Partagez vos connaissances !
Pour publier durablement et librement sur Internet, contactez-nous.





/a>