Thelma et Louise de Ridley Scott

Intérêt
Le genre du road movie met en scène le plus souvent des personnages masculins confrontés à des événements violents requérant virilité et courage. Ridley Scott, à l’inverse, construit son film sur les (més)aventures de deux jeunes femmes. L’édition Blu-ray restitue au film toute sa beauté tragique.


Table des matières

1. Analyse


Un road movie efficace

On rappellera brièvement que les poursuites et les scènes spectaculaires ne manquent pas dans un film au rythme enlevé et violent. Mais l'essentiel est, me semble-t-il, ailleurs.

Par exemple dans la variété des décors utilisés par Ridley Scott, une variété qui sert le propos du film. Dès le début, la caméra montre longuement l’intérieur étriqué, voire sordide, des maisons des deux jeunes femmes de façon à figurer leur enfermement dans une vie routinière insatisfaisante de soumission et de frustration qui les prive de tout horizon de bonheur. Lui succèdent, ensuite, les décors urbains qui sont propres à révéler, d’abord, les différences entre une Louise plus maîtresse d’elle-même que son amie et une Thelma ivre de la découverte de sa liberté loin d’un mari castrateur. Après quoi, se dessine la confrontation des deux amies au monde, surtout masculin, voire machiste, dans les lieux sociaux (bars,stations services, routes inter urbaines, hôtels, etc.) . C’est, enfin, le décor mythique de Monument Valley, à la frontière de l’Utah et de l’ Arizona, aux multiples résonances cinématographiques, qui met en valeur, de la façon la plus esthétique qui soit, la solitude et l’errance de Thelma et Louise.



On notera que la séquence finale efface, en quelque sorte, tous ces décors pour ne plus garder que les sourires complices et les mains liées sur le fond d’un ciel éminemment symbolique de leur suicide, certes, mais, surtout, de leur refus de ce monde où , selon le propos de Hobbes : « L’homme est un loup pour l’homme ».

La guerre des sexes

A condition que l'on précise aussitôt qu'il s'agit, en l'occurrence, plutôt de l'homme montrée comme un loup pour la femme. Thelma ne fait que reproduire à son corps défendant ce qu'a vécu Louise, à savoir l'agression sexuelle non consentie. Les rêves des femmes ne correspondent pas à ceux des hommes : montrées comme des êtres naturels, soucieuses d'amour et d'égards, les femmes vivent dans un univers qui n'est pas celui des hommes volontiers machistes et misogynes. La fin du film ne s'explique que par un refus des deux jeunes femmes d'accepter cet univers où tout concourt à faire d'elles des victimes. Pour nuancer le pessimisme du propos, il faut rappeler que c'est l'enquêteur Hal Slocombe, une fois qu'il a compris que les deux jeunes femmes sont le jouet du destin, qui met tout en œuvre pour les protéger d'une issue qu'il pressent fatale.

Une réalisation maniant humour, émotion et dérision

Le film, dans le même thème, brode sur le « carpe diem » (« Cueille le jour présent sans te soucier du lendemain ») du poète Horace : les deux amies jeunes et pleines de vie entendent profiter d’une existence qui s’étiolait jusqu’alors. On songe au plan, bref mais insistant, qui montre une vieille femme à sa fenêtre, derrière la vitre, qui regarde fixement (et sans doute avec envie) la jeunesse des deux amies, une jeunesse qui s’est enfuie à jamais pour elle et qui semble justifier l’appétit et l’urgence de vivre qui dévorent Louise et Thelma. Pourtant, semble nous dire le réalisateur, « Les rêves des souris et des hommes ne se réalisent jamais. » (Robert Burns cité par John Steinbeck dans son roman Des souris et des hommes) [1].

Mais, au-delà de ce thème pessimiste, Ridley Scott propose un road movie dans les règles du genre qui multiplie les rebondissements, dévoile les paysages grandioses des grands espaces inhérents à ce type de film et sait manier l’humour de situation et des dialogues : on songe bien évidemment au personnage de Harlan insultant Louise jusqu’à ce qu’une balle le tue net ; ou encore au délire misogyne du chauffeur de la semi remorque brutalement arrêté par l’explosion de son camion.

Bref, la réalisation  est au service du propos d'un film dont les images, souvent, « disent et ajoutent » à ce que les dialogues ne peuvent suffire à exprimer.


2. Synopsis


Deux amies décident de partir en week-end à la montagne. La plus âgée, Louise, conseille la plus jeune, Thelma, femme mariée mais inexpérimentée. Cette dernière choisit de ne pas en prévenir son mari, Darryl, un homme qui n'a aucune considération pour elle.

En route, elles font étape dans un bar où Louise, passablement ivre, est la proie d'un séducteur invétéré, Harlan Puckett, qui entreprend d'abuser d'elle sur le parking du bar. Affolée, Louise voit surgir Thelma armée d'un pistolet. Comme le violeur en puissance l'injurie - lui faisant sans doute revivre un événement douloureux de son passé -, elle fait feu et le tue. En dépit des conseils de Thelma, Louise refuse de se rendre à la police, pensant qu'elles ne seront pas crues. Elle propose de changer la destination de leur voyage et de se rendre au Mexique. Mais elles ont besoin d'argent et Louise téléphone à son compagnon, Jimmy, en lui demandant de lui faire un virement pour Oklahoma City, sans mentionner ce qui s'est passé. Louise propose à Thelma, étonnée, de se rendre au Mexique sans passer par le Texas et refuse de s'expliquer.

Entre-temps, la police mène l'enquête et retrouve la trace des deux jeunes femmes. Le détective Hal Slocombe, instruit par la serveuse sur les penchants du violeur, pense que les deux jeunes femmes ont été le jouet du destin et leur conseille de collaborer avec les autorités lorsque, installé avec son équipe dans la maison de Thelma, il reçoit un appel. Mais en vain.

De son côté, Jimmy a rejoint les deux jeunes femmes et essaie de convaincre Louise de se marier avec lui ; ce qu'elle refuse, pensant qu'il a bien tardé pour le faire et qu'il est, en fait, motivé par la peur qu'elle soit partie avec un autre homme. Thelma, retrouvant JD, l'auto-stoppeur qu'elles ont convoyé, se laisse aller dans ses bras et se laisse voler l'argent de Louise. Pour se racheter de sa naïveté, elle en vient à commettre un braquage en appliquant la méthode que lui a révélée JD. Mais les caméras de surveillance l'ont filmée et les enquêteurs savent désormais que les deux femmes se trouvent en Arizona. Ils retrouvent Jimmy, puis JD. Le détective Hal Slocombe apprend que Louise a jadis été violée dans le Texas, comprend les motivations de la jeune femme lorsqu'elle a abattu Harla Puckett et recommande à ses collègues la prudence car il a conscience que, prises dans un engrenage, elles sont aux abois et prêtes à tout.

Quant aux deux fugitives, elles sont arrêtées pour excès de vitesse, mais parviennent à se débarrasser du policier qu'elles enferment dans le coffre de sa voiture. Puis elles retrouvent, une nouvelle fois, le routier qu'elles ont déjà doublé à deux reprises et qui n'a de cesse de les provoquer sexuellement par le geste et la parole. Excédée, Louise arrête le chauffeur et exige des excuses que, comme Harlan le violeur, il refuse de faire. Les deux femmes font alors exploser le camion citerne à coups de feu.

La police les a enfin localisées dans le grand Canyon et une trentaine de voitures les entourent qui ne leur laissent le choix qu'entre se rendre ou quitter ce monde hostile aux femmes : malgré l'intervention de Hal Slocombe qui veut les en dissuader en courant vers elles, le moteur emballé par la conductrice accélère la voiture vers l'abime où se précipitent les deux jeunes femmes, main dans la main, comme suspendues un instant dans le vide. A l'écran, défilent alors quelques plans fixes évoquant les jours heureux vécues lors de leurs dernières journées...


3. Fiche technique


  • Titre : Thelma et Louise
  • Réalisateur : Ridley Scott
  • Durée : 129 minutes
  • Année : 1991
  • Scénario : Callie Khouri
  • Musique : Hans Zimmer
  • Montage : Tom Noble
  • Décors : Anne H. Ahrens
  • Costumes : ElizabethMc BridPhotographie : Adrian Biddle
  • Producteurs : Gitlin, Ridley Scott, O’Brien, Callie Khouri – MGM/Pathé Entertainment


Distribution :


  • Susan Sarandon : Louise Sawyer
  • Geena Davis : Thelma Dickinson
  • Harvey Keitel : Hal Slocombe
  • Michael Marsen : Jimmy Lennox
  • Christopher McDonald : Darryl Dickinson
  • Stephen Tobolowsky : Max, l’agent du FBI
  • Brad Pitt : JD
  • Timothy Carhart : Harlan Puckett
  • Lucinda Jenney : Lena
  • Marco St. John : le camionneur
  • Jason Beghe : le policier enfermé dans le coffre
  • Noël Walcott : le cycliste


4. Édition Blu-ray


Cette édition est désormais à privilégier et remise le Dvd aux oubliettes. Le son, excellent, l'emporte dans la version originale (DTS HD) plus ample que dans la version française DTS 5.1) et met parfaitement en valeur un bande son, diverse et judicieusement choisie, qui célèbre le rock, le blues, et la country. Quant à l'image, elle est précise et colorée à souhait : la couleur verte de la Ford Thunderbird illumine l'écran, comme le font les paysages emblématiques du grand Canyon. Un regret, toutefois : certains éléments du commentaires audio de Ridley Scott, de Susan Surandon et de Geena Davis sont, curieusement, en version originale non sous-titrée !




Les droits de ce document sont régis par un contrat Creative Commons

et plus précisement par le contrat Creative Commons Paternité - Partage des Conditions Initiales à l’Identique Licence France 2.0 de Creative Commons, plus connue sous le nom de "CC-BY-SA".


Droits d'auteur (c) Henri PHILIBERT-CAILLAT


5. Bande annonce







Commentaires


*


Anti-robot
Veuillez résoudre l'opération suivante :


* obligatoire



Découvrez nos contenus

par catégories

par mots-clés

par dates d'ajout et de modification

Index alphabétique

Partagez vos connaissances !
Pour publier durablement et librement sur Internet, contactez-nous.





/a>