The Digital Object Identifier System : système identifiant de contenus numériques

Intérêt
http://doi.org/ Le Système identifiant d’objet numérique (T.d.l.r. pour Digital Object Identifier system, abbr. DOI.) a été créé en 1997 sous les auspices de l’A.A.P. (Association of American Publishers), c’est-à-dire de l’association des principaux éditeurs américains. Il « fournit un cadre à l’identification persistente, pour gérer des contenus intellectuels, gérer des métadonnées, mettre en relation des clients avec les fournisseurs de contenu, faciliter le commerce électronique, et permettre la gestion automatisée de médias. » (“The DOI System provides a framework for persistent identification, managing intellectual content, managing metadata, linking customers with content suppliers, facilitating electronic commerce, and enabling automated management of media.” (source : [1]))

Au delà de son rôle pour la propriété intellectuelle, le système repose sur l’attribution d’un identifiant unique aux contenus numériques qui sont publiés en réseau (de type handle), identifiant qui est attribué à la demande du propriétaire et qui est invariable quelle que soit la localisation de ces contenus sur les réseaux concernés (“The DOI System is for identifying content objects in the digital environment. DOI® names are assigned to any entity for use on digital networks. They are used to provide current information, including where they (or information about them) can be found on the Internet. Information about a digital object may change over time, including where to find it, but its DOI name will not change.” (source : [2])). En conséquence, le DOI établit la persistence de l’identité des données prises en charge (si leur « adresse », par exemple leur URL, change, le DOI demeure inchangé), leur associe des métadonnées et permet ainsi d’assurer la traçabilité de ces données, notamment en ce qui concerne les droits de propriété intellectuelle.

Un consortium ouvert, nommé International DOI Foundation [IDF] et dirigé par son créateur, le docteur Norman Paskin, est chargé de la gestion du système et de ses évolutions. Parmi ses membres, figurent notamment l’ACM, l’IEEE, Microsoft et d’importantes bibliothèques, telles que, pour l’Europe, The British Library (Royaume-Uni), Die Deutsche Bibliothek (Allemagne) et la Koninklijke Bibliotheek (Pays-Bas).

Le modèle proposé pour l’attribution des identifiants DOI (Un DOI a la forme suivante : [0-9][0-9].[0-9][0-9][0-9][0-9]/chaîne de caractères. Cf. [3], DOI Name Syntax.) n’est pas unique : cette dernière est pour l’instant déléguée à des organisations externes (le principal organe d’attribution est actuellement l’agence CrossRef, qui réunit des éditeurs de contenu pour la recherche, en majorité des Américains[4].) et financée par le paiement, pour chaque DOI attribué, d’une taxe renouvelable. Dans les faits, hormis quelques agences d’attribution institutionnelles (comme l’ Office des publications officielles des Communautés européennes pour l’Union européenne), ce sont des sociétés de droit privé qui enregistrent les DOI, à la manière des noms de domaine sur Internet et généralement contre le paiement d’un abonnement. Parmi les membres de l’organisation figurent notamment l’ACM, l’IEEE et Microsoft.

L’ Open Archive Initiative(http://www.openarchives.org ), quoiqu’avec des objectifs différents (“The Open Archives Initiative develops and promotes interoperability standards that aim to facilitate the efficient dissemination of content.”), aborde également la problématique de l’identification des contenus disséminés sur les réseaux, mais de manière diamétralement opposée avec un modèle décentralisé qui est, à bien des égards, opposable à celui retenu par l’IDF. Le déploiement du système proposé par l’OAI (via un protocole ouvert créé spécialement) a pour principale faiblesse de demeurer complexe et de dépendre pour l’identification des contenus de la qualité des informations fournies par les diffuseurs de ces contenus.

  • Pour découvrir un exemple de site qui propose des documents en ligne dotés de DOI, vous pouvez vous rendre sur la bibliothèque numérique « Les Classiques des Sciences Sociales » (Saguenay, Canada) : http://classiques.uqac.ca/
  • Pour en savoir plus sur le DOI System et sur les problématiques auxquelles il répond, nous vous conseillons la lecture de l’ouvrage suivant : (en) ROSENBLATT, B. TRIPPE, B. MOONEY, S., Digital Rights Management: Business and Technology (L’éditeur du livre est membre de l’IDF.) (2002).

1. Ressources

2. Notes

Illustration : chrysalide du sphinx à tête de mort, détail, 1903 (source : INRIA, [5])



Les droits de ce document sont régis par un contrat Creative Commons

et plus précisement par le contrat Creative Commons Paternité - Partage des Conditions Initiales à l’Identique Licence France 2.0 de Creative Commons, plus connue sous le nom de "CC-BY-SA".


Droits d'auteur © LIBRE SAVOIR ( http://libresavoir.org )


The Digital Object Identifier System : système identifiant de contenus numériques




Taille du texte


Partager sur :



 





Découvrez nos contenus

par catégories

par mots-clés

par dates d'ajout et de modification

Index alphabétique

Partagez vos connaissances !
Pour publier durablement et librement sur Internet, contactez-nous.





/a>