Sezessionstil

Intérêt
Le Sezessionstil (en allemand, littéralement « style de la Sécession ») est le nom d’un style artistique émanant d’un courant artistique autrichien – et plus particulièrement viennois – et qui se rattache à l’Art nouveau tardif.
Table des matières

1. La Sécession

Le courant artistique nommé Sécession viennoise naît, en 1897, de la réunion formelle en association d’une vingtaine d’artistes provenant de divers horizons, tels que Josef Hoffmann, Marx Kurzweil, Karl Moll, Koloman Moser, Josef Olbrich ou Rudolph Bacher. Ces derniers, en opposition à l’académisme néo-classique alors dominant dans l’Empire austro-hongrois et représenté par l’association officielle du Künstlerhaus, fondent une Vereinigung bildender Künstler Sezession, avec pour objectifs principaux d’arracher l’art aux négociants, de promouvoir l’art auprès du public, à la manière de Van de Velde, et de participer au renouveau artistique européen (voir Art Nouveau).

Parmi les créateurs de la Sezession, se trouvent encore Oskar Kokoschka et Egon Schiele, deux protégés de Gustav Klimt, qui en est le principal acteur. Ce dernier devient logiquement le président du mouvement, tandis que que Rudolf von Alt (âgé de 85 ans) en est président d’honneur. La voix de ces artistes, parmi lesquels les peintres sont les plus nombreux, s’exprime dès lors au travers d’une revue – Ver sacrum (« Printemps sacré »), créée en même temps que l’association par Klimt sur le modèle de la revue Pan, à Munich – et lors d’expositions ambitieuses.

1.1. Les expositions

Agrandir
La maison de la Sécession, palais d'exposition du mouvement (Vienne)

Pour les expositions artistiques qu’organise le mouvement et pour héberger la rédaction de la revue Ver sacrum, Josef Maria Olbrich conçoit à Vienne le Palais de la Sécession (1897 – 1898), où une première a lieu en novembre 1898 avec pour exposants, les principaux auteurs du renouveau artistique européen :

  • Gustav Klimt, Max Klinger, Koloman Moser, Josef Maria Olbrich, Otto Wagner, pour les Viennois;
  • Bonnard, Edgar Degas, Paul Gauguin, van Gogh, Eugène Grasset, Odilon Redon, Auguste Rodin, Paul Signac, Henri de Toulouse-Lautrec, Édouard Vuillard, pour les Français ;
  • Fernand Khnopff, Constantin Meunier, George Minne, Félicien Rops, Theo van Rysselberghe, pour les Belges ;
  • Charles R. Ashbee, Arnold Böcklin, Walter Crane, Charles Rennie Mackintosh, pour les Anglais;
  • ainsi qu'Edvard Munch, Giovanni Segantini…

Otto Wagner rejoint la Sezession en 1899 et lui donne un nouveau souffle, contribuant à la VIe exposition qui se déroule du 20 janvier au 15 février 1900 : celle-ci est organisée par Koloman Moser, qui la consacre entièrement à l’art japonais. Les nombreux objets qui sont alors exposés proviennent pour l’essentiel de la collection appartenant à Adolf Fischer (Cologne) : ce dernier l’a constituée lors de ses fréquents séjours en Extrême-Orient.

En 1902, a lieu l'exposition la plus prestigieuse de la Sécession, autour de la figure de Beethoven : elle réunit comme pièce centrale une sculpture de Max Klinger, dans un espace aménagé par Hoffman et décoré par Klimt (auteur d'une fresque de 24 mètres de long), Moser et Andri.

La XVIe exposition a lieu du 17 janvier au Modèle:1er février 1903 : elle est consacrée au « développement de l’Impressionnisme en peinture et en sculpture ». Elle est encore suivie d’une rétrospective de l’œuvre de Klimt, mais à partir de cette année, une partie de la Sécession se rapproche des marchands d’art avec la Staatliche moderne Galerie. Ver sacrum cesse de paraître et, en 1905, à cause de désaccords internes, Klimt et 18 autres membres quittent la Sezession. Privée de ses principaux inspirateurs, le mouvement s’essouffle alors rapidement.

2. Le Sezessionstil

Le style que développe la Sécession viennoise se rattache au modern style (l’Art Nouveau) qui gagne à travers elle, tardivement, l’Autriche. Les formes symboliques de ce dernier, élaborées pendant la seconde moitié du XIXe siècle, l’importance de l’ornementation, notamment florale, paraissent alors caduques et le mouvement de la Sécession annonce déjà, par ses œuvres et par ses orientations, les bouleversements qui conduisent à l’art moderne.

Ainsi, dans le palais de la Sécession, seul le dôme est d’inspiration végétale, tandis que les volumes architecturaux sont composés de formes géométriques. Avec la Sécession, le décor s’efface pour valoriser les surfaces et les matériaux : Josef Hoffmann (1870 – 1956) est l’architecte du mouvement qui contribue le plus à simplifier les formes de l’Art Nouveau. Enfin, la Sécession participe également au développement des arts décoratifs et appliqués, dès l’exposition de 1900 qui leur consacre une salle entière. Elle s’intéresse à l’industrie et aux techniques de production de masse : en 1903, Koloman Moser et Josef Hoffman créent l’« Atelier viennois » (Wienerwerkstätte), qui fonctionne jusqu’en 1932 et produit meubles, tissus, luminaires, reliures d’art, papiers peints et céramiques pour une clientèle d’amateurs.

3. Voir aussi


Copyright © les auteurs de l’article original sur le site Wikipédia : l’encyclopédie libre et gratuite pour les sections inaltérées et – dans le cas d’une version modifiée – les auteurs de ce document sur Libre Savoir. (Dans le cas où le nombre total de contributions est supérieur au nombre affiché sur la page d’historique du document, veuillez utiliser les liens de navigation pour obtenir la liste complète des auteurs.)
Thème:Art Nouveau







Taille du texte


Partager sur :



 


Évaluation 100.00 %
Contenu sous droits d'auteur — Dernière mise-à-jour : 2010-06-07 15:12:16




Découvrez nos contenus

par catégories

par mots-clés

par dates d'ajout et de modification

Index alphabétique

Partagez vos connaissances !
Pour publier durablement et librement sur Internet, contactez-nous.





/a>