Le dernier Cheyenne de Tab Murphy

Intérêt
Rares sont les westerns situés à notre époque qui évoquent l'âge de bravoure du genre. Le film de Tab Murphy réussit pourtant cette gageure en proposant un hommage à la nation indienne, qu'il sait rendre poignant.


Table des matières

1. Analyse


Contrairement à ce que le point de départ - un chasseur de primes découvre inopinément les traces d'indiens Cheyenne survivants - pourrait laisser croire, le film se déroule à notre époque dans le Montana.

Réalisé en 1995 par Tab Murphy, Le dernier Cheyenne se révèle original et intéressant par son scénario : il propose, en effet, un récit qui se présente comme un trait d’union entre le passé et le présent, le rêve et la réalité. La cascade symbolique dont il est question dans le film – référence certaine au Johnny Guitar de Nicholas Ray – représente visuellement la frontière « magique » qui fait passer entre deux « pays », entre deux « époques », entre « deux cultures ». Une sorte de « porte » vers un imaginaire qui alimente les personnages du film et les spectateurs, pour qui les grands westerns et l’affrontement entre les Cow-boys et les Indiens constituent toujours l’un des genres majeurs du cinéma.

S'ajoute à cette nostalgie la prise de conscience – ou le rappel sous forme d'histoire sentimentale et pathétique - qu'une civilisation en harmonie avec la nature a été anéantie alors que ses valeurs sont éminemment respectables et utiles dans notre monde moderne.

Ce film sans prétention et plein de bons sentiments propose un western "moderne", attachant et sympathique, grâce à ses acteurs en premier lieu. Mais aussi parce qu'il rend un double hommage : d'une part, à la nation indienne à travers un scénario original ; d'autre part, aux westerns classiques dont il reprend les archétypes : omniprésence du cheval, beauté des paysages naturels sauvages et grandioses, force de personnages entiers et antithétiques, irrémédiable opposition entre les Blancs et les Indiens, permanence du conflit entre tradition et modernité.

Barbara Hershey et Tom Berenger - qui retrouve ici un rôle aussi "vrai" que celui qu’il interprétait dans Traquée de Ridley Scott - forment un duo de charme dont les efforts pour résoudre les conflits s’accordent à nos désirs de spectateurs, en une fin heureuse, mais – il faut le souligner - empreinte d’une grande et rare mélancolie.


2. Synopsis


Un chasseur de primes, Lewis Gate, requis par le shérif Deegan, son ex beau-père, traque, dans le Montana, trois évadés dangereux récemment échappés. En suivant leurs traces, il découvre une flèche et entrevoit des silhouettes d'Indiens. Ne parvenant pas à retrouver les évadés malgré ses recherches, il en vient à penser qu'ils ont sans doute ont été tués par les Indiens qu'il aurait entrevus.

De retour de sa traque, il s'informe et apprend que plusieurs autres personnes ont été portées disparues dans ces mêmes montagnes.

Avec l'aide d'une anthropologue, Lilian Sloan, qu'il a requise pour analyser la flèche, il cherche à savoir si son hypothèse d'Indiens errants est juste. Peu à peu, tous deux vont même se convaincre que des Indiens habitent dans les parages et tombent d'accord sur une explication a priori absurde  : ces Indiens seraient les descendants de survivants de Cheyennes jadis massacrés et qui auraient trouvé refuge dans cette zone montagneuse retirée...


3. Fiche technique


  • Titre : Le dernier Cheyenne
  • Titre original : Last of the Dogmen
  • Réalisateur et scénariste  : Tab Murphy
  • Année : 1995
  • Durée : 115 mn
  • Compositeur : David Arnold
  • Directeur de la photographie : Karl Walter Lindenlaub
  • Monteur : Richard Halsey
  • Chef décorateur : Trevor Williams
  • Producteurs : Joel B. Michaels/Thomas Hedman/Mario Kassar


Distribution :


  • Tom Berenger : Lewis Gates
  • Barbara Hershey : Professeur Lilian Sloan
  • Kurtwood Smith : Sherif Deegan
  • Steve Reevis : Loup jaune
  • Andrew Miller : Briggs
  • Gregory Scott Thomas : Sears
  • Dawn Lavand : l’indienne
  • Mark Boone : Tatoo




Les droits de ce document sont régis par un contrat Creative Commons

et plus précisement par le contrat Creative Commons Paternité - Partage des Conditions Initiales à l’Identique Licence France 2.0 de Creative Commons, plus connue sous le nom de "CC-BY-SA".


Droits d'auteur © Henri PHILIBERT-CAILLAT


4. Bande annonce





 
Évaluation 100.00 %
Contenu sous droits d'auteur — Dernière mise-à-jour : 2015-08-03 14:20:37




Commentaires


*


Anti-robot
Veuillez résoudre l'opération suivante :


* obligatoire



Découvrez nos contenus

par catégories

par mots-clés

par dates d'ajout et de modification

Index alphabétique

Partagez vos connaissances !
Pour publier durablement et librement sur Internet, contactez-nous.





/a>