Le Canardeur de Michael Cimino

Intérêt
Premier film de Michael Cimino, Le Canardeur est un bon « road movie » qui mêle habilement action, émotion et réflexion sur les États-Unis des années soixante-dix en pleine mutation. Un divertissement très recommandable !


Table des matières

1. ANALYSE


John Doherty dit Thunderbolt (Clint Eastwood) et Lightfoot (Jeff Bridges) se rencontrent par hasard et sont les personnages essentiels de ce « road movie » assez particulier. Ce premier film de Michael Cimino - réalisateur de Voyage au bout de l’enfer (1978), de La Porte du paradis (1981) et de L’Année du dragon - qu’il a écrit et réalisé en 1974, est traité de façon originale et se révèle au final très attachant.

D’emblée, il faut bien dire tout le mal que l’on pense d’un titre français stupide qui, de plus, trahit l’esprit du film. Le titre original « Thunderbolt and Lightfoot / Coup de foudre et Pied léger » a au moins le mérite d’insister sur l’association de deux personnages qui, malgré leurs différences de caractère, seront liés par un commun destin.

Fondé sur un scénario qui allie fantaisie et humour et construit sur un rythme à la fois nonchalant et alerte, ce film emporte l’adhésion. Reprenant les codes du « road movie », Cimino les adapte et se les réapproprie à sa façon inimitable. La randonnée de ces deux personnages, sympathiques malgré leurs errements, bientôt rejoints de deux autres, à l’inverse plutôt antipathiques, néglige en effet les centres urbains au profit de petites villes et privilégie des paysages souvent variés, mais toujours amples et magnifiques : vastes étendues des champs, hautes montagnes en toile de fond, rivière remontée sur un bateau à la présence insolite. Passant d’une voiture à l’autre, soucieux de présence féminine, portés par la joie de vivre de Lightfoot, les deux hommes suivent leur chemin en prenant leur temps, à notre plus grand plaisir, car les rebondissements jalonnent leur parcours jusqu’au braquage qui les attend…

D’autre part, Cimino nous propose une galerie de portraits très aboutis, avec des acteurs épatants (Jeff Bridges alors au début de sa carrière fut nommé aux Oscars pour ce rôle et Clint Eastwood connu alors pour ses rôles de cow-boy sauvage ouvre le film sous les traits d’un pasteur en train de prêcher dans une église !!!). Le duo initial – qui finit par se transformer en quatuor – croise sur son chemin toute une série de personnages insolites dont Cimino a peaufiné l’originalité : qu’il s’agisse des jeunes femmes peu farouches rencontrées au hasard de la route et des envies, et rabattues par Lightfoot pour un Thunderbolt manifestement dépassé par l’évolution des mentalités féminines ; ou du délirant camionneur amateur de lapins et de chasse ; ou encore du couple ahuri de la station-service ; de celui de la maison investie qui découvre les ébats de sa fille délurée ; de celui visitant l’école, ils nourrissent tous la fantaisie du film. Surtout, on sent chez Cimino une affection particulière pour son duo de personnages : l’homme mûr opposé au jeune homme. Une différence, d’ailleurs, plutôt qu’une opposition car elle lui permet des variations sur le thème de la vieillesse et du « conflit » des générations : alors que Thunderbolt évoque son âge, Lightfoot joue les jeunes chiens fous irrésistibles avec une jubilation contagieuse. Plus intéressant encore, leurs différences vont finir par s’estomper – de la méfiance et de l’indifférence au respect mutuel puis au lien de l’amitié - et Cimino montre l’évolution vers la complémentarité de leurs talents.

Il est temps de préciser que cette randonnée dans l’espace est aussi, à l’évidence, une interrogation sur l’époque. Maintes fois le passé y est évoqué (les héros de la guerre de Corée sont devenus de vulgaires délinquants) et le regard que porte Cimino, par exemple à travers son personnage de Thunderbolt, sur la jeunesse ne laisse aucun doute : l’évolution des mentalités ne se fait pas dans le bons sens de l’amitié ou de la générosité, mais du plus strict intérêt et de l’individualisme. L’Amérique change, mais pas comme le chante Dylan. On est en 1974…

Sa réalisation multiplie les angles de vue d’un regard caméra soucieux d’originalité : travellings et plans fixes, plongées et contre plongées, gros plans et plans d’ensemble se succèdent sans jamais être gratuits.

Il faut évoquer la fin – sans la déflorer bien sûr - et signaler que le film s’achève sur deux effets de surprise successifs ; et un changement de ton inattendu, profondément émouvant, nous rappelle que la joie la plus intense peut se teinter d'une grande amertume lorsqu'un sentiment d'injustice l'accompagne.


2. SYNOPSIS


Bien qu’il ait choisi de changer de vie et de se faire passer pour un pasteur pieux, John Thunderbolt Doherty vient d’être retrouvé par ses anciens complices des mauvais coups De son côté, le jeune et fringant Lightfoot s’essaie au vol de voiture. Leurs destins se croisent pour le plus grand bonheur de Thunderbolt : en effet, alors qu’il manque d’être abattu en plein sermon par Dunlop, un ex-acolyte, et qu’il s’enfuit, son poursuivant est fauché par la voiture volée de Lightfoot.

Leurs destins désormais liés pour le meilleur et le pire, Thunderbolt et Lightfoot doivent échapper aux deux autres acolytes, Leary et Goody, qui les traquent. C’est Thunderbolt, Dunlop, Leary et Goody avaient commis un casse qui leur avait rapporté 500000 dollars et les deux poursuivants veulent de venger de Thunderbolt qui aurait rendu l’argent à la police. En fait, il n’en est rien et c’est un complice décédé depuis qui aurait caché l’argent que tous recherchent.

Finalement réunis, plutôt qu’unis, ils décident un nouveau coup : attaquer une banque en appliquant un plan minutieusement préparé. Lightfoot se déguise en femme pour neutraliser le gardien et Thunderbolt, justifiant son surnom, s’emploie à percer le coffre avec un canon de 20 mm. Mais la police intervient plus vite que prévu et leur plan de se réfugier dans un cinéma en plein air en gagnant du temps tombe à l’eau : la caissière donne l’alerte ; Goody est abattu par Leary qui se débarrasse des deux autres en les assommant ; mais un chien de garde s’en prend à lui et le met en pièces.

Doherty et Lightfoot font alors route vers Warsaw dans le Montana et son école où l’argent aurait été jadis caché. L’école a été déplacée et l’argent se trouve bien derrière le tableau noir de la salle de classe. Les deux bons élèves sont donc riches et Lightfoot peut enfin s’offrir la Cadillac blanche de ses rêves. A moins que ce ne soit Doherty qui le lui offre, car Lightfoot n’a plus le pied si léger…


3. FICHE TECHNIQUE


  • Réalisation et scénario : Michael CIMINO.
  • Année : 1974.
  • Titre original : Thunderbolt and lightfoot.
  • Directeur de ]a photographie : Frank STANLEY.
  • Musique : Dee BARTON.
  • Production : Robert DALEY/ Malpaso Company.
  • Distribution : Artistes Associés.
  • Durée : 115 minutes.

Distribution :

  • John "Thunderbolt" Doherty : Clint EASTWOOD.
  • Lightfoot (Pied de biche) : Jeff BRIDGES.
  • Red Leary : George KENNEDY.
  • Goody : Geoffrey LEWIS.
  • Melody : Catherine BACH.
  • Curly : Gary BUSEY.
  • Welder : Burton GILLIAM.
  • Gloria : June FAIRCHILD.
  • Mario : Vic TAYBACK.
  • Dunlop : Roy JENSON.




Les droits de ce document sont régis par un contrat Creative Commons

et plus précisement par le contrat Creative Commons Paternité - Partage des Conditions Initiales à l’Identique Licence France 2.0 de Creative Commons, plus connue sous le nom de "CC-BY-SA".


Droits d'auteur © Henri PHILIBERT-CAILLAT


4. BANDE ANNONCE





 
Évaluation 80.00 %
Contenu sous droits d'auteur — Dernière mise-à-jour : 2015-02-10 17:18:27




Découvrez nos contenus

par catégories

par mots-clés

par dates d'ajout et de modification

Index alphabétique

Partagez vos connaissances !
Pour publier durablement et librement sur Internet, contactez-nous.





/a>