La Ruée vers l'or de Chaplin

Intérêt
Charlie Chaplin propose un film particulièrement intéressant dans la mesure où il nous montre, à travers son personnage de Charlot, une authentique réflexion sur ses rapports avec l’argent et la réussite.


Table des matières

1. Analyse


Ce film de Chaplin de 1925 (!) garde la même force aujourd’hui encore, d’autant plus qu’il est magnifié par le travail remarquable de MK2 Editions (Cf. ci-après Edition DVD). On peut tout à la fois y admirer un portrait juste, féroce et touchant, de l’être humain, une vision crue de ce qu’est le capitalisme par essence et une référence très personnelle à la propre biographie du réalisateur.

Les personnages du film montrent assez leur cupidité, en réaction, il est vrai, contre des conditions de vie marquées par la faim et le froid, la brutalité et la peur, la pauvreté et l’injustice quotidienne. Par contrecoup, Charlot recourt, bien sûr, à l’humour et à la dérision, mais utilise la culture comme exigence de dignité et rempart contre la bestialité. C’est ainsi que l’ours est à peine tué que Charlot met le couvert ! Une autre scène comique immortelle – mais terrible - du film le montre faisant d’une chaussure son repas (le soulier bouilli EST une volaille, les lacets SONT des spaghettis et les clous, les os !), un repas bien absurde, certes, mais respectant les codes de la bienséance et rendant au misérable son humanité. De même, le sel sur la bougie à croquer importe moins que le « geste » de saler qui donne l’illusion d’un repas « civilisé ». Chaplin souligne ainsi combien l’éducation est un premier pas vers la conquête de la dignité humaine pour soi - et, bien sûr, au regard d'autrui.


Le film évoque, par ailleurs, une « Conquête de l’or » qui démonte les mécanismes de la mythique « Conquête de l’Ouest » puisqu’elle est inversée et montrée, non du côté des héros légendaires mais de celui des pauvres, des exclus et des perdants. Que l’on songe également au gag de la neige balayée de porte en porte (une porte est balayée de sa neige qui bloque une porte suivante dont la neige, balayée à son tour, bloque une nouvelle porte dont la neige, etc.) qui conduit Charly jusque devant le commissariat. N’est-ce pas là un parfait exemple de travail absurde car répétitif et inutile – donc qui aliène celui qui l’effectue ? Quant à la neige, n’est-elle pas une sorte de marchandise qui passe d’une main à l’autre selon la fameuse loi du libre-échange capitaliste ? Il faut en effet observer que cette « ruée vers l’or » obéit à un principe encore plus terrible que la loi de la jungle puisqu’il s’agit, en l’occurrence, non de lutter pour survivre – ce qui est naturel – mais de lutter pour s’enrichir !


Précisément, et c’est le troisième intérêt du film, Chaplin évoque sa destinée - et notamment, sa réussite personnelle née d’un paradoxe (« Je suis devenu riche en jouant un pauvre », avait-il coutume de dire) - en insistant sur les notions de hasard et de chance (oui la fortune est, aussi, le fruit du hasard) plus que sur celle de mérite (non la fortune n’est pas le signe du mérite). L’irrésistible gag de la cabane inclinée à 45% et en équilibre très instable insiste assez sur la chance et la malchance. Le dénouement du film est également révélateur : Charly devenu milliardaire s’offre une croisière vers l’Europe quand il reconnaît Georgia parmi les passagers de la 4° classe ; il se penche… et chute parmi les pauvres ! La scène est symbolique et traduit le dilemme de Charly-Chaplin : faut-il renier ses origines sociales ou faut-il s’interdire la réussite ? Où se situer entre argent et pauvreté ?

Face à pareil chef-d’œuvre, il reste, brièvement, à souligner l’inventivité, la force et l’efficacité de tous les gags, l’exceptionnel talent d’observation du quotidien, l’originalité d’un onirisme omniprésent qui transfigure la plupart des situations. Il faut signaler, enfin, la symétrie qui donne sa structure au film et fait se répondre certaines scènes : Charlot misérable devant la vitrine du saloon/Charlot milliardaire sur le pont ; Charlot prie le propriétaire pour qu’on le laisse déblayer la neige/le propriétaire à son tour supplie Charlot d’enlever la neige ; Charlot vu comme un poulet par un Jim affamé/Charlot, après avoir enseveli le fusil, frotte ses pieds sur la neige comme le fait un poulet, etc.


2. Synopsis


En 1898, au Klondyke, Charlie est un chercheur d’or qui doit se réfugier, au cours d’une tempête de neige, dans la cabane d’un bandit. Il échappe à ses griffes grâce à l’intrusion d’un autre chercheur d’or, Jim, avec lequel, pour ne pas mourir de faim, il devra se battre contre un ours. Après leur séparation, Charlie tombe unilatéralement amoureux de Georgia, une fille de saloon. Jim réapparaît et, surmontant les pires dangers, ils deviennent riches. Au cours d’une croisière qui doit le conduire en Europe, il découvre, sur le bateau, Georgia enfin aimable avec lui…


3. Fiche technique


  • Titre original : The Gold Rush.
  • Réalisation : Charles CHAPLIN.
  • Scénario : Charles CHAPLIN, Jim TULLY.
  • Directeurs de la photographie : Rollie TOTHEROH, Jack WILSON.
  • Décors : Charles D HALL.
  • Assistants : Charles REISNER, Henri D’ABBADIE D’ARRAST.
  • Production : Charles CHAPLIN (Artistes Associés).
  • Distribution : Parafrance.
  • Durée : 2 720 mètres en 1925, 2 150 mètres dans la version sonorisée et commentée par Chaplin en 1942 : c’est-à-dire 72 minutes.
  • Date : 1925.

Distribution :

  • Charlie : Charles CHAPLIN.
  • Jim Mc Kay : Mack SWAIN.
  • Hank Curtis : Henry BERGMAN.
  • Black Larsen : Tom MURRAY.
  • Georgia : Georgia HALE.
  • Betty : Betty MORRISSEY.
  • Jack Cameron : Malcom WAITE.


4. Edition DVd zone 2


Image : la remasterisation a effacé les outrages du temps qu’avait subie l’image et fait oublier la précédente édition DVD. Une amélioration que l’on remarque sur les contrastes, notamment. Une bonne qualité d’ensemble.

Son : la bande-son remixée en DD5.1 permet d’apprécier davantage les effets et la musique. Cela dit, les amateurs pourront choisir la version (VO et VF) en 2.0 mono et même (cf. les suppléments) la version originale muette de 1925 sur une musique ajoutée de Neil Brand.

Suppléments : l’édition propose deux DVD. Le DVD 1 est consacré au film. Le DVD 2 est riche en suppléments : une préface de David Robinson ; un documentaire « Chaplin aujourd’hui » de 26’ ; une galerie de très nombreuses photos (250 !)  ; des affiches et des bandes-annonces ; dix extraits de films de Chaplin et la version muette de 1925.




Les droits de ce document sont régis par un contrat Creative Commons

et plus précisement par le contrat Creative Commons Paternité - Partage des Conditions Initiales à l’Identique Licence France 2.0 de Creative Commons, plus connue sous le nom de "CC-BY-SA".


Droits d'auteur © Henri PHILIBERT-CAILLAT


5. Bande annonce





 
Évaluation 81.82 %
Contenu sous droits d'auteur — Dernière mise-à-jour : 2017-12-01 09:56:48




Découvrez nos contenus

par catégories

par mots-clés

par dates d'ajout et de modification

Index alphabétique

Partagez vos connaissances !
Pour publier durablement et librement sur Internet, contactez-nous.





/a>