Cours d'eau

Intérêt
On désigne par cours d’eau tout chenal superficiel ou souterrain dans lequel s’écoule un flux d’eau continu ou temporaire. Généralement, ce terme s’applique aux chenaux naturels. On emploiera plutôt le terme canal pour désigner un chenal artificel. Il existe un grand nombre de mots dans la langue française pour désigner les différents types de cours d’eau. Certains peuvent s’avérer ambigus, c’est pourquoi il est préférable d’utiliser le terme générique « cours d’eau », sauf si dans le contexte un terme plus spécifique apporte des informations supplémentaires.

1. Typologie

  • rigole : peut désigner un filet d’eau s’écoulant en surface ou un sillon où s’écoulent les eaux de ruissellements ;
  • ru, ruisselet : désigne un petit ruisseau, c’est-à-dire un cours d’eau de faible largeur (inférieure à un mètre), souvent au démarrage d’un écoulement ;
  • ruisseau : petit cours d’eau, au débit faible, alimenté par des sources d’eau naturelles, souvent affluent d’un étang, d’un lac ou d’une rivière ;
  • torrent : cours d’eau au débit rapide et irrégulier, situé sur une pente plus ou moins prononcée. On trouve les torrents sur des terrains accidentés ou en montagne. Lors d’orages ou de pluies violentes, les torrents peuvent connaître des crues très importantes. Par extension, on applique ce terme au cours d’eau de montagne, au lit rocheux et encaissé, et ayant un débit rapide et pérenne. Cela est à proscrire pour une utilisation en langage géographique ;
  • oued (synonyme wadi) : terme d’origine arabe désignant un cours d’eau temporaire dans les régions arides ou semi arides. Son écoulement dépend des précipitations, et il peut rester à sec de très longues périodes ;
  • ravine : désigne les cours d’eau des îles tropicales se jettant, dans la mer, et pouvant connaître des débits extrèmement importants suite à des fortes pluies (durant les cyclones principalement). Leur lit peut être très large ;
  • rivière : en hydrologie, ce terme désigne un cours d’eau moyennement important à l’écoulement continu ou intermittent, suivant un tracé défini et se jettant dans un autre cours d’eau, un lac, une mer, une dépression ou un marais. En géographie, ce terme désigne un cours d’eau faiblement ou moyennement important, recevant de l’eau d’autres cours d’eau tributaires (les affluents), et se jettant dans un cours d’eau de plus grande importance ;
  • fleuve : cours d’eau important, long et au débit élevé, comptant de nombreux affluents et se jettant dans la mer (ou parfois dans une mer intérieure). Les fleuves côtiers sont de petits cours d’eau se jetant directement dans la mer.

2. Voir aussi

3. Liens externes







Taille du texte


Partager sur :



 


Contenu sous droits d'auteur — Dernière mise-à-jour : 2010-06-03 16:41:22




Découvrez nos contenus

par catégories

par mots-clés

par dates d'ajout et de modification

Index alphabétique

Partagez vos connaissances !
Pour publier durablement et librement sur Internet, contactez-nous.





/a>