Clovis (roi des Francs)

Intérêt
Le nom de Clovis – d’une transcription forgée au XIXe siècle – vient du franc Hlod-Wig, « illustre au combat » : il donne en français Louis, prénom de la majorité des rois de France, et en allemand Ludwig, aussi latinisé en Ludovic).
Agrandir
Le baptême de Clovis, d’après Saint Gilles

Clovis, fils de Childéric, est le nom du roi des Francs de 481 jusqu’en 511 après J.-C.

Nous connaissons Clovis à travers la longue description de son règne par Grégoire de Tours, un évêque proche du pouvoir, dont l’Histoire, rebaptisée tardivement Histoire des Francs est riche d’enseignements, bien que parfois peu rigoureuse.


Table des matières

1. La Gaule à la fin du Ve siècle

À la fin du Ve siècle, la Gaule est morcelée sous l'autorité de plusieurs peuples barbares, constamment en guerre les uns contre les autres :

  • Les Francs, établis au nord-est avaient servi l'Empire comme auxiliaires sur la frontière rhénane.
  • Les Burgondes s’étaient établis en Savoie (Sapaudia) et dans le Lyonnais
  • Les Wisigoths s'étaient établis au sud de la Loire et en Languedoc

Une multitude de pouvoirs locaux ou régionaux d’origine militaire (des « royaumes » ou regna) avaient ainsi occupé le vide laissé par la déposition du dernier Empereur romain d’Occident en 476. Parmi ceux-ci se trouvait encore le royaume d’un certain Syagrius, établi dans la région de Soissons.

En 481, Clovis, fils de Childéric Ier et de Basine, prit quant à lui la tête d'un royaume franc salien situé dans la région de Tournai en Belgique. Les siens, d'anciens serviteurs de Rome, n'en demeuraient pas moins des Germains, païens et bien éloignés par leur mode de vie des Gaulois romanisés près de cinq cent ans plus tôt.

Clovis n'était alors âgé que de quinze ans et rien ne prédisposait ce chef barbare parmi tant d'autres à supplanter ses rivaux. Néanmoins, son couronnement allait donner naissance à la première dynastie de rois de France : les Mérovingiens, du nom de son grand-père légendaire Mérovée.

À la lumière des événements postérieurs, sa réussite, si elle est incontestable sur le plan militaire, doit au moins autant à l'expérience romaine de la guerre que les siens devaient avoir acquis – la discipline exigée de ses soldats lors de l'épisode de Soissons en témoigne, tout comme la tombe de son père, Childéric Ier – qu'elle ne doit à son alliance avec l'Église gauloise, et à travers celle-ci, avec les élites gallo-romaines.

Aussi, le règne de Clovis s'inscrit plutôt dans la continuité de l'Antiquité tardive que dans le haut Moyen Âge pour de nombreux historiens. Il contribue cependant à forger le caractère original de cette dernière période en donnant naissance à une première dynastie de rois chrétiens et, en raison de son acceptation par les élites gallo-romaines, en créant un pouvoir original en Gaule.


2. L'extension du royaume de Clovis vers l'est

Toute sa vie, Clovis tenta de conserver son royaume pour ses fils, selon la tradition germanique, et d'agrandir le territoire de celui-ci.

Pour cela, il n'hésita pas à éliminer tous les obstacles : il fit assassiner tous les chefs saliens et rhénans voisins, certains de ses anciens compagnons, et même certains membres de sa famille afin de s'assurer que seuls ses fils hériteraient de son royaume.

Il se lança d'autre part dans une grande série d'alliances et de conquêtes militaires, au début seulement à la tête de quelques milliers d'hommes. Plus que les armes, comme cela a été longtemps cru – celles des Francs étaient efficaces, certes – c'est un savoir-faire au combat acquis au service de l'Empire et contre les autres barbares qui a sans doute rendu possible pour les guerriers de Clovis de prévaloir.

Autre idée qu'il faut rejeter, à travers lui ce n'est pas un peuple germanique qui s'impose aux gallo-romains, mais la fusion des éléments germains et latins qui se poursuit. Au temps de Clovis, de même que Syagrius, pourtant qualifié de « Romain » par les sources, portait un nom barbare et ne bénéficiait visiblement pas de l'appui de son peuple, Théodoric, dans sa cour de Ravenne, perpétuait tous les caractères de la civilisation romaine tardive.

Si Clovis sut s'imposer assez rapidement, bien qu'au prix de durs combats, c'est certainement parce qu'en définitive ils paraissait être un moins mauvais maître que la plupart des prétendants : au moins, auraient dit les Gallo-romains, était-il chrétien.

Peu à peu, Clovis conquit la moitié nord de la France actuelle : il s'allia d'abord aux Francs rhénans, en 484. Puis il mena des offensives vers le sud, à partir de 486, en commençant par renverser Syagrius, le dernier représentant de l'empire romain déchu. Contre ce dernier, il emporta les villes de Senlis, Beauvais, Soissons et Paris dont il pilla les alentours... C'est lors de ces campagnes qu'eut lieu le célèbre épisode du vase de Soissons.


3. La conversion et le baptême

L'évêque de Reims, le futur saint Rémi, cherchait alors probablement la protection d'une autorité forte pour son peuple. Les contacts furent nombreux entre le roi et l'évêque, ce dernier incitant d'abord Clovis à protéger les chrétiens présents sur son territoire.

Grâce à son charisme et peut-être en raison de l'autorité dont lui même jouissait, Rémi sut se faire respecter de Clovis et lui servit même de conseiller. Il l'incita notamment à demander en mariage Clotilde, une princesse chrétienne fille d'un roi des Burgondes (ce peuple voisin des Francs était établi dans les actuels Dauphiné et Savoie). Le mariage eut lieu en 493, à Soissons.

Dès lors, selon Grégoire de Tours, Clotilde fit tout pour convaincre son époux de se convertir au christianisme. Mais Clovis fut d'abord réticent : il doutait de l'existence d'un Dieu unique ; la mort en bas âge de son premier fils ne fit d'ailleurs qu'accentuer cette méfiance. D'autre part, en acceptant de se convertir, il craignait de perdre le soutien de son peuple, encore païen. Néanmoins, il devait avoir plus que tout besoin du soutien du clergé gallo-romain car ce dernier avait une grande influence sur la population gauloise. Les évêques, à qui avaient échu le premier rôle dans les cités depuis que s'étaient effacées les autorités civiles, demeuraient les réels maîtres des cadres du pouvoir antique en Gaule. C'est-à-dire également des zones où se concentrait encore la richesse.

C'est finalement à l'issue de la bataille de Tolbiac, vers 496, que le destin ou le hasard effaça les doutes de Clovis : alors que celui-ci luttait contre les Alamans afin d'étendre son territoire vers l'est (dans les actuelles régions d'Alsace, de Moselle et outre-Rhin), son armée était sur le point d'être vaincue. Toujours d'après Grégoire de Tours, ne sachant plus à quel dieu païen se vouer, Clovis pria alors le Christ et lui promit de se convertir s'il obtenait la victoire. Au cœur de la bataille, alors que lui-même était encerclé et allait être pris, le chef alaman fut tué d'une flèche, ce qui mit son armée en déroute. La victoire était à Clovis et au dieu des chrétiens.

Clovis reçut le baptême avec trois-mille guerriers – les baptêmes collectifs étant alors une pratique courante – des mains de saint Rémi, à Reims, le 25 décembre 496 ou 498. Ce baptême est demeuré un événement significatif pour l'histoire de France : tous les rois français furent, par la suite, sacrés dans la cathédrale de Reims jusqu'à Charles X, en 1825.

Ainsi, le baptême de Clovis marquait le début du lien entre le clergé et la monarchie française. Dorénavant, le souverain devait régner au nom de Dieu et seuls ses descendants directs pouvaient prétendre au trône. Ce baptême permettait également à Clovis d'asseoir durablement son autorité sur les populations qu'il dominait : avec ce baptême, il pouvait compter sur l'appui du clergé pour poursuivre l'expansion de son royaume.

Agrandir
Pacte de la loi salique
Prologue


4. L'extension du royaume vers le sud

Avec l'appui de l'empereur romain d'Orient Anastase Ier, Clovis s'attaqua ensuite aux Wisigoths qui occupaient alors la majeure partie de la péninsule ibérique (la Septimanie) et le sud-ouest de la Gaule, jusqu'à la Loire au nord et jusqu'aux Cévennes à l'est.

Au printemps 507, les Francs lançèrent leur offensive vers le sud, franchissant la Loire vers Poitiers. Ils affrontèrent l'armée d'Alaric II dans une plaine. La bataille fut terrible selon l'Historiographie, mais les Wisigoths se replièrent après la mort de leur roi.

Cette victoire permit aux Francs de poursuivre leur expansion vers le sud et de conquérir le Languedoc, le Limousin, l'Aquitaine et la Gascogne...


5. Paris, la nouvelle capitale

Après Tournai et Soissons, Clovis choisit finalement comme capitale Paris, en 508. Il est notable que le pacte de la loi salique est lui aussi daté d'après 507 : peut-être sa promulgation coincida-t-elle avec l'installation du roi à Paris.

Ses raisons furent sans doute principalement stratégiques, la cité ayant été une ville de garnison et une résidence impériale vers la fin de l'Empire.

Sous le règne de Clovis, en tous cas, et même durant l'ensemble de la période mérovingienne, la ville ne connut pas de changements majeurs : le patrimoine immobilier antique fut conservé, parfois réaffecté. Seuls de nouveaux édifices religieux donnés par la famille royale et par l'aristocratie transformèrent radicalement les lignes du paysage urbain. Mais c'est surtout après la mort de Clovis que les premiers de ces édifices virent le jour (voir article Clotilde).


5.1. La sépulture royale

Clovis décéda à Paris en 511, âgé de 45 ans. Selon la tradition, il aurait été inhumé dans la basilique des Saints-Apôtres, future église Sainte-Geneviève, qu'il avait fait construire sur le tombeau même de la sainte tutélaire de la cité, à l'emplacement de l'actuelle rue Clovis (rue qui sépare l'église Saint-Etienne-du-Mont du lycée Henri-IV).

En réalité, le monument qui accueillait les reliques de la sainte n’était pas achevé. Clovis fut plutôt inhumé, comme l’écrit Grégoire de Tours, dans le sacrarium de la basilique des Saints-Apôtres, c’est-à-dire dans un mausolée construit exprès à la manière de la sépulture qui avait accueilli Constantin le Grand aux Saints-Apôtres à Constantinople (P. Périn).


6. Le partage du royaume en 511

À la mort de Clovis, ses fils, (Clotaire, Clodomir, Thierry et Childebert) se partagèrent le royaume qu'il avait mis une vie à réunir, conformément à la tradition franque.

Seules la Provence, la Septimanie et la Burgondie avaient résisté au premier Mérovingien.

Son royaume put donc être découpé en quatre parts conséquentes, dont trois à peu près équivalentes. La quatrième, entre Rhin et Loire fut attribuée à Thierry, l'aîné des fils de Clovis. Elle était plus grande, puisqu'elle couvrait environ un tiers de la Gaule franque.

Le partage eut lieu en présence des grands du royaume, de Thierry qui était déjà majeur et de la reine Clotilde, selon Grégoire de Tours. Il fut établi selon le droit privé que Clovis avait fait inscrire dans la loi salique : en 511, c'est donc avant tout le partage d'un patrimoine, celui des héritiers d'un roi propriétaire de son royaume qu'on observe.

On peut, à la lumière de cette remarque, comprendre que la royauté des Francs ignorait la notion de « biens publics » (la res publica des Romains) et donc d’État. La disparition de l’État, en effet, est consommée à travers le partage du royaume de Clovis.

Mais, le fait que le partage ait également été la « pratique » des derniers Empereurs romains nous montre que la dissolution de la notion d'État était antérieure à cet événement, antérieure même aux pouvoirs barbares : elle avait été initiée au temps de l'Empire.

Enfin, fait notable, les quatre capitales des nouveaux royaumes étaient toutes situées au centre de l'ensemble, relativement proches les unes des autres et dans l'ancien royaume de Syagrius : à partir de ce moment

« on voit apparaître un contraste frappant entre de fortes tendances à la dispersion et la force immanente d'une unité d'ordre supérieur : l'idée d'un royaume des Francs unifié restait ancrée dans les esprits »
(Patrick Périn, Clovis et les Mérovingiens)


7. Chronologie

  • 466 : Naissance de Clovis, fils de Childéric 1er, roi des Francs saliens de Tournai, et de la reine Basine.
  • 481 : Avènement de Clovis. Le royaume dont il hérite correspond à la Belgique Seconde, petite province située entre la mer du nord, l'Escaut et le Cambrésis, soit un territoire allant de Reims jusqu'à Amiens et Boulogne, à l'exception de la région de Soissons, qui était quant à elle contrôlée par le général Aegidius, puis par son fils Syagrius.
  • 484 : Alliance avec les Francs rhénans et avec les Francs de Cambrai. (Ragnacaire, roi des Francs de Cambrai, était probablement un des parents de Clovis).
  • 485 : Il se marie avec une princesse rhénane avec laquelle il a un fils, Thierry. Cette union a souvent été interprétée comme l'épisode d'une alliance tactique avec ses voisins orientaux, lui permettant de tourner ses ambitions vers le sud.
  • 486 : Bataille de Soissons contre Syagrius, le fils d'Aegidius. Syagrius, lui-même général, s'intitulait « roi des Romains » et semblait maintenir l'illusion d'une permanence de l'empire romain entre la Meuse et la Loire, alors que l'Empire romain d'Occident n'existait plus depuis cinq ans. La victoire de Soissons permit au royaume de Clovis d'embrasser toute le nord de la Gaule. À la fin de la bataille, il fit égorger Syagrius avant de s'installer dans la résidence de ce dernier, à Soissons.
    • C'est également lors de cette bataille, qu'eut lieu – selon Grégoire de Tours – l'épisode anecdotique du vase de Soissons, où, contre la loi militaire du partage, le roi demanda de soustraire du butin un vase précieux pour le rendre à l'église de Reims, à la demande de l'évêque de cette dernière cité. L'épilogue de l'histoire eut lieu, quant à lui, le 1er mars 487.
  • 490 : Raids victorieux contre les Wisigoths : Saintonge en 494, Bordeaux en 498. Clovis a alors probablement le désir d'étendre son royaume vers la Méditerranée. Il commence des offensives contre la Germanie rhénane et transrhénane.
  • 493 : Pacte de non-agression avec les Burgondes, concrétisé par une alliance matrimoniale : Clovis épouse Clotilde, une princesse burgonde convertie à la religion chrétienne catholique, nièce du roi Gondebaud.
  • 496 : Bataille de Tolbiac (Zülpich) près de Cologne contre les Alamans avant laquelle Clovis fait le vœu de se convertir au christianisme si « Jésus que Clotilde proclame fils de Dieu vivant » lui accorde la victoire. Cette victoire permet au royaume de Clovis de s’étendre jusqu’à la Haute-Rhénanie.
  • 25 décembre 498 : Clovis est baptisé à Reims avec 3000 guerriers francs par l'évêque Saint Rémi. Le baptême de Clovis va faciliter la fusion entre la population gauloise et ses nouveaux maîtres francs.
  • 499 : Clovis s'allie au roi burgonde de Genève, Godégisèle, qui voulait s'emparer des territoires de son frère Gondebaud.
  • 500 : Clovis signe un pacte d'alliance avec les Armoricains (peuplade gauloise de la péninsule bretonne). Après la bataille de Dijon et sa victoire contre les Burgondes de Gondebaud, Clovis contraint ce dernier à abandonner son royaume et à se réfugier à Avignon. Cependant, le roi wisigoth Alaric II se porte au secours de Gondebaud et persuade ainsi Clovis d'abandonner Godégisèle.
    • Clovis et Gondebaud se réconcilient et signent un pacte d'alliance pour lutter contre les Wisigoths. Les Wisigoths, en effet, pratiquaient l'arianisme, une hérésie chrétienne condamnée par les Gallo-Romains catholiques. Or, Alaric II, le roi des Wisigoths, avait du mal à asseoir son autorité sur ses sujets, et c'est avec les encouragements de l'épiscopat chrétien que Clovis vient le combattre.
  • 502 : son fils Thierry épousa une fille de Sigismond.
  • 506 : bataille de Vouillé, près de Poitiers, contre les Wisigoths : Cette victoire permet au royaume de Clovis de s'étendre en Aquitaine. Le roi des Wisigoths Alaric II est tué et les Wisigoths n'ont d'autre alternative que de se replier en Espagne, au-delà des Pyrénées.
  • 508 : Clovis est consacré consul et Augustus par l’empereur d’orient Anastase tandis que Paris devient la capitale de son royaume. L’ancienne Lutèce, qui a pris le nom de ses habitants gaulois, les Parisii, accède pour la première fois au statut de capitale.
  • 510 : Clovis s'empare des royaumes francs de Sigebert, de Chararic et de Ragnacaire après les avoir fait assassiner, et étend ainsi son autorité au-delà du Rhin. Clovis est désormais le maître d'un unique royaume, correspondant à toute la partie occidentale de l'ancien empire romain, s'étendant de la moyenne vallée du Rhin, (l'embouchure du Rhin est toujours aux mains des tribus frisonnes), jusqu'aux Pyrénées, où sévissent les terribles Basques. Évidemment, le royaume de Clovis ne comprend toutefois pas l'île de Bretagne, envahie en 450, ou les régions méditerranéennes.
  • Juillet 511 : premier concile des Gaules à Orléans auquel prennent part trente-deux évêques, dont la moitié proviennent du « royaume des Francs » : Clovis est désigné « Rex Gloriosissimus fils de la Sainte Église », par tous les évêques présents.
  • 27 novembre 511 : Clovis meurt et est enterré dans la basilique des Saints-Apôtres à Paris, sur la colline Sainte-Geneviève.

A sa suite, les descendants de Clovis régnèrent pendant près de trois siècles avant de laisser leur place à une famille de la noblesse franque austrasienne : les Pippinides.







Taille du texte


Partager sur :



 


Évaluation 100.00 %
Contenu sous droits d'auteur — Dernière mise-à-jour : 2010-06-07 17:51:04




Découvrez nos contenus

par catégories

par mots-clés

par dates d'ajout et de modification

Index alphabétique

Partagez vos connaissances !
Pour publier durablement et librement sur Internet, contactez-nous.





/a>