Chronique anglo-saxonne

Intérêt
On regroupe sous la dénomination « la Chronique anglo-saxonne » (anglais the Anglo-Saxon Chronicle) une collection de neuf fragments de manuscrits et de manuscrits anglais du Moyen Âge. L’ensemble, divisible en sept parties, relate les événements survenus depuis la conquête de l’île de Bretagne par les Romains (en -60) – en fait, depuis la naissance du Christ – jusqu’à la mort du roi Étienne de Blois (en 1154) et constitue une compilation d’annales de la période anglo-saxonne.

Plusieurs transcriptions et éditions électroniques du texte sont disponibles en ligne. Celle de référence, aujourd'hui « vieillie », a été réalisée par le révérend James Henry Ingram (1774 – 1850). Elle fait partie du projet Gutemberg et est disponible dans le domaine public aux États-Unis d'Amérique.

Table des matières

1. Les manuscrits

Les différents manuscrits (ms.) ou fragments de manuscrits (G et H) de la Chronique ont été dénommés comme suit :

  • A The Parker Chronicle (Corpus Christi College, Cambridge, ms. 173 ff. 1–32)
  • B The Abingdon Chronicle I (British Museum, Cotton ms. Tiberius A vi.)
  • C The Abingdon Chronicle II (British Museum, Cotton ms. Tiberius B i.)
  • D The Worcester Chronicle (British Museum, Cotton ms.Tiberius B iv.)
  • E The Laud (or "Peterborough") Chronicle (Bodleian, ms. Laud 636)
  • F The Bilingual Canterbury Epitome (British Museum, Cotton ms. Domitian A viii., contient des entrées bilingues latin/anglais)
  • G Cottonian Fragment (British Museum, Cotton ms. Otho B xi, 2. anciennement A, tandis que la chronique Parker était dénommée A prime)
  • H Cottonian Fragment (British Museum, Cotton ms. Domitian A ix.)
  • I An Easter Table Chronicle (British Museum, Cotton MS.Caligula A xv.)

(les références aux folios concernés sont notées ff.)

Le plus ancien de ces manuscrits – le manuscrit A ou la chronique Parker – a pu être daté au plus tôt du règne d’Alfred le Grand, roi de Wessex (vers 890 – 899) et au plus tard du début du Xe siècle. Son contenu est en vieil anglais et la plupart de ses auteurs sont anonymes : il a probablement été compilé et écrit par des scribes de la cour royale de Wessex (pour les mains 1, 1a et 1b), peut-être à l’instigation d’Alfred lui-même.

La Chronique constitue en tous cas l’une des premières œuvres écrites d’une telle ampleur qui soit rédigée en langue vernaculaire.

Le manuscrit G est une copie « nettoyée » du manuscrit A qui a probablement été effectuée à l'abbaye de Winchester au XIe siècle : le manuscrit a été quasiment détruit par le feu lors de l'incendie de la bibliothèque dans laquelle il était conservé en 1731.

Le manuscrit B est daté du début du XIe siècle alors que le manuscrit C est daté du milieu du XIe siècle : ce dernier fut continué jusqu’en 1066. Les deux proviendraient d’une Chronique similaire à A, envoyée à Abingdon et aujourd’hui perdue. Les événements relatés jusqu’à la fin de cette chronique Abingdon sont antérieurs à la conquête normande : les manuscrits B et C constituent en revanche une source originale sur la guerre entre les Anglo-Saxons et les Danois, source qui est la seule que nous possédons.

Une autre Chronique dut être envoyée dans le nord de l’Angleterre : elle fut augmentée d’informations provenant de Bède et copiée au milieu du XIe siècle, puis continuée jusqu’en 1179 (manuscrit D)

Elle put aussi être envoyée à Canterbury où elle fut conservée après 1066 : les manuscrits E (1122 – 1154) et F sont probablement des copies tardives de cette chronique, continuée au XIIe siècle sur le manuscrit E : ces versions de la Chronique donnent à lire une langue plus proche de l’anglais moyen.

2. Le contenu

En ce qui concerne leur forme, les entrées de la Chronique sont généralement laconiques : chaque année mentionnée ne contient souvent qu’un événement. Voici, en guise d’exemple, l’entrée pour l’année 455 durant laquelle les Anglo-Saxons récemment arrivés dans l’île de Bretagne remportent une victoire sur le roi breton Vortigern :

 455
Her Hengest 7 Horsa fuhton wiþ Wyrtgeorne þam cyninge, in þære stowe þe is gecueden Agælesþrep, 7 his broþur Horsan man ofslog;
7 æfter þam Hengest feng to rice 7 Æsc his sunu.
 455
Cette année Hengist combattit avec Horsa le roi Vortigern au lieu-dit Aylesford, et son frère Horsa fut tué ;
après Hengist devint roi puis son fils Æsc.

(d'après la transcription par J. H. Ingram. Traduction corrigée : dans la traduction originelle, Wyrtgeorn n'est pas identifié à Vortigern, pourtant mentionné dans l'entrée précédente)

Pour les années allant de la naissance du Christ jusqu'en 823, la Chronique anglo-saxonne s'inspire de plusieurs sources.

Pour les événements antérieurs au premier tiers du VIIIe siècle, la Chronique puise ses informations dans l’Histoire ecclésiastique du peuple anglais de Bède le Vénérable (historia ecclesiastica gentis anglorum vers 734), quant à elle écrite en latin, ou peut-être dans un premier résumé de l’œuvre, écrit en vieil anglais.

On a cependant postulé que certaines entrées, couvrant les événements antérieurs à 754 et dans le Wessex, proviennent d'annales du royaume antérieures au IXe siècle (main 1). Un deuxième ensemble d'informations éparses, concernant le Wessex durant les années 755 à 823, serait de tradition orale. Enfin, une compilation d'annales préexistantes qui aurait formé la première « chronique » proprement dite aurait eu lieu en 855 ou peu après.

La Chronique présente également des informations sur la généalogie des royaumes anglo-saxons, en particulier la Northumbrie et la Mercie, sans doute quant à elles de tradition orale et mises par écrit plus tôt dans sous la forme de listes (voir Est-Anglie).

Enfin, si l’essentiel de la Chronique est écrit en prose, quelques poèmes en vers, également de tradition orale, ont été insérés dans son corps : c’est le cas de celui sur la bataille de Brunanburh qui opposa le roi des Angles Athelstan à une coalition celte en 937.

3. Sources

4. Bibliographie et liens

  • transcription et description sur le site Labyrinth de l’université de Georgetown en Virginie (États-Unis d’Amérique), ne contient actuellement que le ms. A.
  • The Anglo-Saxon Chronicle, édition électronique par Douglas B. Killings (1996) de la traduction en anglais par le révérend James Ingram (1843) sur le site O.M.A.C.L.

Illustration : une entrée caractéristique de la Chronique (manuscrit C, année 827 ; liste des huits rois bretons ou bretwaldas).


Copyright © les auteurs sur Libre Savoir.

Thème:Source anglo-saxonne



Sujets Licence GFDL
 
Évaluation 75.00 %
Contenu sous droits d'auteur — Dernière mise-à-jour : 2017-01-17 10:35:39




Découvrez nos contenus

par catégories

par mots-clés

par dates d'ajout et de modification

Index alphabétique

Partagez vos connaissances !
Pour publier durablement et librement sur Internet, contactez-nous.





/a>