Annales de Lorsch (803)

Intérêt
Les Annales de Lorsch (latin annales laureshamenses) (ap. 796) sont une compilation d’annales (chroniques anonymes) qui furent (en partie ?) rédigées et conservées dans le monastère franc du même nom, situé à 60 kilomètres au sud de Francfort, en Hesse. Ainsi nommées à la fin du XVIIIe siècle, dans leur forme la plus complète (l’unique copie d’extraits d’un codex perdu qui fut conservée au monastère de Saint Blasien, dans la forêt noire, jusqu’en 1809), elles couvrent, après une brève introduction, la période qui va de 703 jusqu’en 803.

L'abbaye bénédictine de Lorsch, devenue l'un des centres de la renaissance artistique et culturelle carolingienne serait à l'origine une fondation privée du comte d'Alémanie et de sa mère (Cancor et Williswinda, 764), qui en confièrent la direction à Chrodegang de Metz. La fondation en a aussi été attribuée à Pépin le Bref. Quoiqu'il en soit, le rôle de Chrodegang dans la réforme du monachisme franc sous le premier roi carolingien, elle-même à l'origine d'une tentative plus vaste de réforme de l'Église, explique en grande partie la renommée qu'acquit Lorsch ; en 765, Chrodegang fit en sorte que l'abbatiale, en même temps que d'autres monastères francs, accueille une partie des reliques de trois saints obscurs récemment apportées de Rome. En 774, la nouvelle abbatiale de Lorsch fut placée sous la protection de l'un d'entre eux (saint Nazaire), en présence de Charlemagne.

Les annales écrites pendant la renaissance carolingienne – annales laurissenses maiores, après 796 – enregistrent les événements importants survenus dans tout le royaume des Francs, puis dans tout l’Empire de Charlemagne année après année, avec une attention particulière portée sur ce qui concerne l’Église carolingienne. Leur style tranche avec celui des annales rédigées auparavant : il prend un caractère officiel qui tend à en faire l’histoire du royaume, puis de l’empire (le codex de Lorsch comprend notamment une Histoire des Francs [1]). En raison de ces innovations et de l’attachement sincère à la dynastie carolingienne dont fait/font preuve le ou les auteurs, une partie de ces annales a souvent été attribuée sans réelle évidence à Éginhard.

Parmi les événements les plus notables et les plus discutés que les annales de Lorsch ont enregistrés se trouve le couronnement impérial de Charlemagne. Celui-ci y est présenté dans une version qui ménage la susceptibilité byzantine en affirmant que le couronnement eut lieu parce que le siège impérial était vacant (l’Orient étant soumis à la régence d’Irène), et qu’il fut le résultat d’une décision conciliaire. Cette version contredit directement celle de la Vitæ Karoli d’Éginhard, pour lequel Charlemagne n’était pas informé et aurait refusé sinon.

Et parce qu’alors le titre impérial était vacant dans le pays des Grecs et qu’une femme y exerçait les pouvoirs impériaux, il parut au pape Léon lui-même et à tous les saints pères qui étaient présents au concile, ainsi qu’à tout le peuple chrétien, qu’il convenait de donner le nom d’empereur au roi des Francs, Charles, qui tenait en son pouvoir la ville de Rome où les empereurs avaient toujours eu l’habitude de résider ainsi que les autres résidences d’Italie, de Gaule et de Germanie. Le Dieu tout-puissant ayant consenti à les placer toutes sous son autorité, il leur semblait juste qu’avec l’aide de Dieu et conformément à la demande de tout le peuple chrétien, il portât lui aussi le nom d’empereur. A cette demande, le roi Charles ne voulut pas opposer un refus mais, se soumettant humblement à Dieu en même temps qu’aux vœux des peuples chrétiens, il reçut le jour de Noël le nom d’empereur avec la consécration du pape Léon. Et en tout premier lieu, il rendit la paix et la concorde à la sainte Eglise romaine en mettant fin à la discorde qui avait sévi parmi ses membres. C’est là aussi qu’il célébra Pâques. A l’approche de l’été, il se dirigea vers Ravenne, restaurant partout le droit et la paix ; de là il revint en Francie, à sa résidence.
in FOLZ, Robert. Le couronnement impérial de Charlemagne, Paris, 1964 ; p. 278.


Copyright © les auteurs sur Libre Savoir.




Sujets Licence GFDL · Article incomplet · Source latine
Contenu sous droits d'auteur — Dernière mise-à-jour : 2011-06-07 02:51:51




Découvrez nos contenus

par catégories

par mots-clés

par dates d'ajout et de modification

Index alphabétique

Partagez vos connaissances !
Pour publier durablement et librement sur Internet, contactez-nous.





/a>