Allemagne

Intérêt
Les territoires désignés sous le nom d’Allemagne, en français, et sous celui de Germany, en anglais correspondent à de multiples réalités politiques, économiques, sociales et culturelles au cours de l’histoire. Le caractère unitaire de celles-ci peut être résumé par leur appartenance commune à un « espace germanique » que la géographie, surtout, définit.

L’Allemagne en tant qu’État souverain unique, en effet, est une création de 1871, bien qu’un « sentiment national germanique » ait précédé, de peu, cette création. Le nom latin germania est celui qui a servi à désigner l’ensemble des territoires qui composent l’Allemagne actuelle durant la majeure partie de leur histoire et cela, dès le moment où ces territoires demeurèrent majoritairement en marge du monde romain antique. Au Moyen-Âge, cette « Germanie » fut l’un des centres de gravité de l’empire carolingien, puis, à partir du Xe siècle, de l’Empire de la dynastie saxonne des Ottoniens et enfin du Saint Empire Romain Germanique : le fédéralisme allemand actuel conserve le souvenir des divisions politiques institutionnalisées durant cette période. Enfin, c’est au XIXe siècle que naquit, dans la douleur, l’« Allemagne » proprement dite, puissance continentale plutôt que coloniale. Ennemie héréditaire de la France dès avant l’acte de naissance de l’Empire allemand (en 1871), cette Allemagne s’est trouvée au cœur des deux conflits mondiaux du XXe siècle, connaissant entre les deux une brève période de paix avec la République de Weimar. Après la chute du régime nazi, dont la responsabilité lui incombe, elle a été divisée en deux États, séparés par le « rideau de fer » et plus symboliquement par le mur de Berlin.

L’État créé au lendemain de la seconde guerre mondiale dans sa partie ouest (1949), s’est vu imposer le fédéralisme par les Alliés. Après une reconstruction rapide, il s’est alors lancé aux côtés de la France et de l’Italie dans le processus de construction européenne, d’abord largement motivé par la volonté de paix. Cet État est le cadre de l’Allemagne actuelle, officiellement réunifiée depuis 1990 : la République fédérale d’Allemagne. Sa capitale est Berlin, depuis le 20 juin 1991.

La République fédérale d'Allemagne est membre du Conseil de l'Europe (1951), de l'OCDE, de l'Union de l'Europe Occidentale (1954), de l'OTAN (1955), de la Communauté Économique Européenne (1957), de l'ONU (1973), de l'OSCE et enfin de l'Union Européenne (1991) et de la zone euro.

Bundesrepublik Deutschland
 armoiries : un aigle écartelé à la tête tournée vers l’occident
(En détail)
Devise nationale: « Einigkeit und Recht und Freiheit »
(allemand: « Unité et Droit et Liberté »)
Langue officielle Allemand
Capitale Berlin
Président Horst Köhler
Chancelier Gerhard Schröder
Superficie
 - Totale
 - % eau
Classé 61e
357 027 km²
2,18%
Population


 - Total (2002)
 - Densité

Classé 13e


82 537 000 habitants
231 hab./km²

Unité nationale 18 janvier 1871
Monnaie Euro
Fuseau horaire UTC +1
Hymne national Das Lied der Deutschen
Domaine Internet .de
Indicatif téléphonique +49


Table des matières

1. Géographie

Article détaillé : Géographie de l’Allemagne

L'Allemagne actuelle occupe une surface de 357 480 km² contre 472 034 km² en 1937 (avant l'annexion de l'Autriche) : elle occupe ainsi la majeure partie de l'espace germanique actuel, c'est-à-dire de l'espace qui a été modelé par les langues et les cultures des Germains.

Au contraire d'autres, l'espace germanique n'est pas limité par de véritables frontières naturelles : ouvert sur la Scandinavie et sur le monde slave, il est composé de deux « domaines naturels » plus vastes, qui sont :

  • l’Allemagne hercynienne, correspondant à la moyenne montagne (Mittelgebirge) et à ses vallées et hautes terres
  • la grande plaine du Nord et les îles

À ces milieux, il faut ajouter le monde des Préalpes du nord et nord-alpin, en partie dans l'Allemagne, qui fait sa jonction avec l'Allemagne hercynienne par le plateau bavarois et avec les mondes slaves et hongrois par la vallée du Danube.

Il n'y a guère que les Alpes qui mirent fin de façon tangible à l'expansion germanique : ailleurs, l'espace est occupé entièrement. À l'est, durant tout le Moyen Âge, la pression germanique a créé une agriculture intensive et des villes ; à l'ouest et au sud, la montagne a accueilli des mines, puis des industries. À la fin du XIXe siècle, la ville industrielle s'est développée dans la Ruhr. Après la seconde guerre mondiale, un glissement des centres de l'Allemagne s'est opéré vers l'ouest, glissement qui a encore accentué l'urbanisation de cette partie de l'Allemagne ; les destructions causées par la guerre (comme à Dresde) ont aussi remodelé en profondeur une grande partie de l'espace urbain.

Il en résulte que le paysage ainsi modelé est varié et polycentré, ce qui s'explique surtout par la culture de l'Allemagne médiévale, et par la suite, protestante : l'Allemagne n'a connu aucun centralisme à la française.

  • Superficie : 357 480 km²
  • Frontières terrestres : 3 618 km (Autriche 784 km ; Tchéquie 646 km ; Pays-Bas 577 km ; Pologne 456 km ; France 451 km; Suisse 334 km ; Belgique 167 km ; Luxembourg 135 km ; Danemark 68 km)
  • Littoral : 2 389 km
  • Principaux fleuves : Le Rhin (ouest), l’Elbe (nord-est), le Danube (sud-est), l’Oder (est)
  • Principaux massifs montagneux : les Alpes de l’ Allgäu, les Alpes de Salzbourg, le plateau bavarois, le Jura souabe (l’Alb)
  • Altitudes extrêmes : - 2 m
    231 hab./km²

|----- | Unité nationale | 18 janvier 1871 |----- | Monnaie || Euro |----- | Fuseau horaire | UTC +1 |----- | Hymne national || Das Lied der Deutschen |----- | Domaine Internet || .de |----- | Indicatif téléphonique | +49 |}


2. Géographie

Article détaillé : Géographie de l’Allemagne

L'Allemagne actuelle occupe une surface de 357 480 km² contre 472 034 km² en 1937 (avant l'annexion de l'Autriche) : elle occupe ainsi la majeure partie de l'espace germanique actuel, c'est-à-dire de l'espace qui a été modelé par les langues et les cultures des Germains.

Au contraire d'autres, l'espace germanique n'est pas limité par de véritables frontières naturelles : ouvert sur la Scandinavie et sur le monde slave, il est composé de deux « domaines naturels » plus vastes, qui sont :

  • l’Allemagne hercynienne, correspondant à la moyenne montagne (Mittelgebirge) et à ses vallées et hautes terres
  • la grande plaine du Nord et les îles

À ces milieux, il faut ajouter le monde des Préalpes du nord et nord-alpin, en partie dans l'Allemagne, qui fait sa jonction avec l'Allemagne hercynienne par le plateau bavarois et avec les mondes slaves et hongrois par la vallée du Danube.

Il n'y a guère que les Alpes qui mirent fin de façon tangible à l'expansion germanique : ailleurs, l'espace est occupé entièrement. À l'est, durant tout le Moyen Âge, la pression germanique a créé une agriculture intensive et des villes ; à l'ouest et au sud, la montagne a accueilli des mines, puis des industries. À la fin du XIXe siècle, la ville industrielle s'est développée dans la Ruhr. Après la seconde guerre mondiale, un glissement des centres de l'Allemagne s'est opéré vers l'ouest, glissement qui a encore accentué l'urbanisation de cette partie de l'Allemagne ; les destructions causées par la guerre (comme à Dresde) ont aussi remodelé en profondeur une grande partie de l'espace urbain.

Il en résulte que le paysage ainsi modelé est varié et polycentré, ce qui s'explique surtout par la culture de l'Allemagne médiévale, et par la suite, protestante : l'Allemagne n'a connu aucun centralisme à la française.

  • Superficie : 357 480 km²
  • Frontières terrestres : 3 618 km (Autriche 784 km ; Tchéquie 646 km ; Pays-Bas 577 km ; Pologne 456 km ; France 451 km; Suisse 334 km ; Belgique 167 km ; Luxembourg 135 km ; Danemark 68 km)
  • Littoral : 2 389 km
  • Principaux fleuves : Le Rhin (ouest), l’Elbe (nord-est), le Danube (sud-est), l’Oder (est)
  • Principaux massifs montagneux : les Alpes de l’ Allgäu, les Alpes de Salzbourg, le plateau bavarois, le Jura souabe (l’Alb)
  • Altitudes extrêmes : - 2 m
    galerie des glaces à Versailles, 1871]]

Même si l'allemand et le sentiment national germanique lui sont antérieurs, l'unité du territoire connu aujourd'hui sous le nom d'« Allemagne » ne date que de 1871, lorsque la Confédération de l'Allemagne du Nord, alors dominée par la Prusse, devint l'Empire allemand.

L'Allemagne, qui était devenue une des puissances politiques majeures en Europe s'engagea dans la Première Guerre mondiale aux côtés de l'Autriche-Hongrie (1914) et envahit la France. Après les premiers assauts, la guerre s'orienta vers une longue et lente guerre de position dans les tranchées, meurtrière d'un côté comme de l'autre. Elle prit fin en 1918, et l'empereur allemand, le Kaiser dut abdiquer. Lors du traité de Versailles, l'Allemagne fut jugée responsable de la guerre.

Le ressentiment contre les conditions du traité de Versailles et les conséquences particulièrement dures de la crise économique mondiale de 1929 permit au NSDAP (parti nazi) d'Adolf Hitler de former le gouvernement en 1933. L'année suivante, Hitler prit le contrôle absolu en devenant chef de l'État et en éliminant par la force toute opposition. En 1935, l'Allemagne devint officiellement anti-sémite en promulguant les lois de Nuremberg avec l'expulsion de ceux qui perdaient leur nationalité et l'accès aux emplois intéressants. La politique d'Hitler consistant à envahir ses voisins finit par provoquer la Seconde Guerre mondiale le 1er septembre 1939.

L'Allemagne, mieux préparée, domina tout le début du conflit. Elle conquit une grande partie de l'Europe, de l'URSS, de l'Afrique du Nord. Mais en 1942-1943, la guerre tourna au profit des pays alliés : le Royaume-Uni, les États-Unis, l'URSS qui écrasèrent finalement les armées de l'Axe, envahissant notamment Berlin. Le 30 avril 1945, Hitler se suicida.

Dévastée par la guerre, l’Allemagne et Berlin, sa capitale, furent divisés en quatre parties, chaque « secteur » étant placé sous le contrôle d’une des grandes nations victorieuses (les États-Unis d’Amérique, l’URSS, l’Angleterre). La France se joignit aussi à elles, surtout grâce à l’influence de Winston Churchill qui désirait ainsi contrebalancer l’influence soviétique. Mais, l’éloignement des deux super-puissances au sortir de la guerre eut comme conséquences le rapprochement des nations occidentales et la « guerre froide ». L’occupation par les Soviétiques de l’est du territoire allemand se solda finalement par une partition de l’Allemagne en deux : la RFA (République fédérale d’Allemagne) à l’ouest et la RDA (République démocratique allemande) à l’est. Berlin aussi fut divisée en deux parties, séparées par un no man’s land, puis par un mur construit à l’initiative de la RDA.

Après sa reconstruction, l'Allemagne de l'Ouest connut une croissance économique bien plus rapide que l'Allemagne de l'Est, notamment durant les années 1960. Au moment de la chute du mur de Berlin, en novembre 1989, les deux pays ne possédaient plus le même niveau économique.

L'événement fut le premier épisode de l'effondrement – économique d'abord – du bloc de l'est : il se solda surtout par la réunification de l'Allemagne, menée sous le mandat du chancelier Helmut Kohl. L'entreprise, dont le coût économique énorme fut supporté par l'État fédéral, causa d'importantes difficultés économiques au pays durant les années 1990. De plus, elle n'a pas encore permis d'effacer les disparités importantes entre l'ouest et l'est du pays : le taux de chômage demeure largement supérieur dans ces länder et le niveau de vie moyen inférieur à celui de l'ouest du pays. La réunification a cependant permis de restaurer le rôle politique de premier plan sur la scène internationale que l'Allemagne avait perdu depuis la guerre : notamment, la République fédérale allemande apparaît aujourd'hui comme un acteur politique majeur de l'Union européenne élargie.

3. Politique

Article détaillé : Politique de l’Allemagne

L'Allemagne actuelle est une république fédérale parlementaire et pluraliste, dominée par l'exécutif, dont la constitution est établie par la loi fondamentale promulguée le 8 mai 1949.

Le pouvoir exécutif est détenu par le chef du gouvernement : le « chancelier » (Bundeskanzler) de la République fédérale, distinct du chef de l’État (le président).

Le chancelier est proposé par le chef de l’État (ou président de la République) à la chambre parlementaire du Bundestag : celle-ci entérine ou non son choix par le vote. Le chancelier propose alors des ministres au président de la République : c’est ce dernier qui les nomme.

Le chancelier a pour mission de définir les orientations de la politique fédérale et de diriger les travaux du gouvernement constitué. Néanmoins ses pouvoirs se sont élargis : la politique étrangère, comme la politique économique et sociale font partie des prérogatives qui lui sont réservées. Il est responsable devant le Bundestag, mais la procédure pour le destituer est complexe et implique qu’un successeur lui a été désigné.

Le chef de l’État a surtout un rôle de garant moral : élu pour une durée de cinq ans par les députés du Bundestag et par un nombre équivalent de députés des parlements des Länder, il nomme le président, les magistrats du Tribunal constitutionnel fédéral (la plus haute instance de justice), les officiers supérieurs de l’armée et il peut promulguer les lois. À l’inverse, il peut refuser de promulguer une loi et démettre ceux qu’il a nommés. Il possède enfin un droit de grâce présidentielle.

Le pouvoir législatif est réparti entre deux chambres : le Bundestag (662 députés) et le Bundesrat (68 membres).

Le Bundesrat est composé de membres du gouvernement de chaque Land : ces derniers ont pour mission de veiller à ce que les lois fédérales n’entrent pas en conflit avec l’intérêt particulier de leur Land.

Le Bundestag est la chambre des représentants du peuple (l’équivalent de l’assemblée nationale française) : il possède le pouvoir législatif suprême dans les domaines fédéraux : les Affaires étrangères, la Défense, les Douanes, la Monnaie, les Postes, les Télécommunications. Les autres domaines (tels que l’Éducation) n’entrent pas dans les compétences de la chambre fédérale et sont donc du ressort de chaque Land.

Les parlementaires sont élus au suffrage universel pour une durée de 4 ans : la majorité, requise pour avoir le droit de vote est obtenue automatiquement à l’age de 18 ans ; c’est aussi l’âge minimum d’éligibilité. 26,5% des membres du Bundestag sont des femmes : celles-ci détiennent le droit de votre depuis 1918.

3.1. Länder

Article détaillé : "Länder" (États fédérés) allemands

L’Allemagne est aujourd’hui divisée en 16 régions, nommées Länder, qui sont autant d’États fédérés :

  • Bade-Wurtemberg, capitale : Stuttgart
  • Basse-Saxe, capitale : Hanovre
  • Bavière, capitale : Munich
  • Berlin, ville-État
  • Brandebourg, capitale : Potsdam
  • Brême, ville-État
  • Hambourg, ville-État
  • Hesse, capitale Wiesbaden
  • Mecklembourg-Poméranie occidentale, capitale Schwerin
  • Rhénanie-du-Nord-Westphalie, capitale Düsseldorf
  • Rhénanie-Palatinat, capitale Mayence
  • Sarre, capitale Sarrebruck
  • Saxe, capitale Dresde
  • Saxe-Anhalt, capitale Magdebourg
  • Schleswig-Holstein, capitale Kiel
  • Thuringe, capitale Erfurt

Les Länder allemands disposent d’un pouvoir important : l’éducation, le culte et la culture, en particulier, sont exclusivement de leur ressort. Ils déterminent aussi le fonctionnement de leurs propres institutions : le Land de Hambourg, par exemple, autorise le vote des résidents étrangers présent depuis plus de huit ans.

La loi fondamentale de 1949 prévoit que de nouveaux Länder puissent entrer dans la République fédérale (art. 23) : ainsi, en 1990, la RDA a demandé, par l’entremise de sa Chambre du peuple, à pouvoir rejoindre la RFA, abandonnant ainsi sa souveraineté et initiant la réunification allemande.

Voir égalemment Carte des Länder

4. Économie

Article détaillé : Économie de l’Allemagne

La République fédérale d'Allemagne possède une économie de marché, tempérée par le rôle social de l'État. Elle est proche, en cela, de la France et connaît, dans une certaine mesure, les mêmes problèmes structurels.

La Commission européenne lui a reproché à plusieurs reprises le dépassement des 3% de déficit autorisés par le Traité de Maastricht. Le taux de chômage est d'environ 10% mais le nombre de chômeurs enregistrés avoisine les 4 millions.

L'Allemagne possède le plus grand produit industriel brut de l'Union européenne.

5. Démographie

Article détaillé : Démographie de l’Allemagne

L'Allemagne réunifiée est la nation la plus peuplée de l'Union Européenne. L'avenir démographique de l'Allemagne pose toutefois problème : sa population est vieillissante, le taux de fécondité y étant très inférieur au seuil de renouvellement des populations (1,4 enfants/femme contre 2,1 enfants/femme).

Données démographiques :

  • Population : 83 029 536 habitants (en 2001). 0-14 ans : 15,57 % ; 15-64 ans : 67,82 %; + 65 ans : 16,61 %
  • Densité : 232 hab/km²
  • Espérance de vie des hommes : 74 ans (en 2001)
  • Espérance de vie des femmes : 81 ans (en 2001)
  • Taux de croissance de la pop. : 0,27 % (en 2001)
  • Taux de natalité : 9,16 ‰ (en 2001)
  • Taux de mortalité : 10,42 ‰ (en 2001)
  • Taux de mortalité infantile : 4,71 ‰ (en 2001)
  • Taux de fécondité : 1,4 enfants/femme (en 2001)
  • Taux de migration : 4 ‰ (en 2001)

6. Culture et civilisation

Article détaillé : Culture de l’Allemagne

Le domaine de la culture est de la compétence des Länder : ceux-ci lèvent des impôts et des taxes et distribuent des subventions aux associations culturelles. Les villes allemandes possèdent généralement une troupe de théâtre et un orchestre subventionnés.

Dans les domaines de la Recherche et de l'Enseignement, l'Allemagne était donnée durant les années 1990 comme le pays européen qui possède le potentiel scientifique le plus élevé : elle était également présentée, chiffres à l'appui, comme le pays qui possède le meilleur enseignement supérieur.

Durant les années 1980, la République fédérale d'Allemagne était le troisième éditeur d'ouvrages au monde, après les États-Unis et l'U.R.S.S. : s'y éditaient ainsi près de deux fois plus d'ouvrages qu'en France. Durant la même période, elle possédait 19 292 bibliothèques dont 34 avaient plus d'un million de volumes.

  • Langues régionales d'Allemagne
  • Fêtes et jours fériés d'Allemagne

7. Divers

Lignes de téléphone : 45,2 millions (en 1997)
Téléphones portables : 15,3 millions (en 1999)
Postes de radio : 77,8 millions (en 1997)
Postes de télévision : 51,4 millions (en 1998)
Utilisateurs d’Internet : 18 millions (en 2000)
Nombre de fournisseurs d’accès Internet : 123 (en 2000)
Routes : 656 140 km (dont 650 891 km goudronnés) (en 1998)
Voies ferrées : 40 826 km (en 1998)
Voies navigables : 7 500 km
Nombre d’aéroports : 613 (dont 322 avec des pistes goudronnées) (en 2000)

8. Liens externes


Les 25 États membres de l’Union européenne en 2004–2007

Allemagne · Autriche · Belgique · Chypre · Danemark · Espagne · Estonie · Finlande · France · Grèce · Hongrie · Irlande · Italie · Lettonie · Lituanie · Luxembourg · Malte · Pays-Bas · Pologne · Portugal · Royaume-Uni · Slovaquie · Slovénie · Suède · République tchèque

Voir aussi : Géographie - Liste des pays du monde - Europe


Thème:Pays d'Europe Thème:État membre de l'Union européenne Thème:Allemagne



Copyright © les auteurs de l’article original sur le site Wikipédia : l’encyclopédie libre et gratuite pour les sections inaltérées et – dans le cas d’une version modifiée – les auteurs de ce document sur Libre Savoir. (Dans le cas où le nombre total de contributions est supérieur au nombre affiché sur la page d’historique du document, veuillez utiliser les liens de navigation pour obtenir la liste complète des auteurs.)



Sujets Article incomplet
Contenu sous droits d'auteur — Dernière mise-à-jour : 2010-06-07 17:15:36




Découvrez nos contenus

par catégories

par mots-clés

par dates d'ajout et de modification

Index alphabétique

Partagez vos connaissances !
Pour publier durablement et librement sur Internet, contactez-nous.





/a>