Alcibiade

Intérêt
Alcibiade, en grec Ἀλκιϐιάδης Alkibiadês, né à Athènes vers 450, mort à Melissa (Phrygie) en 404, homme politique et général athénien.

Il était le fils aîné de Clinias, un Eupatride, et de Dinomaché, fille de l’Alcméonide Mégaclès. Il appartenait donc aux plus éminentes familles aristocratiques d’Athènes. Après que son père eut été tué à Coronée en 446, il fut éduqué par son tuteur Périclès, et il devint le disciple et l’ami de Socrate. Il mena la vie de la jeunesse dorée d’Athènes, multipliant les scandales. Il était renommé pour sa grande beauté. Plutarque écrivit ainsi au début de la Vie qui lui est consacrée :

« Quant à sa beauté physique, il n'y a sans doute rien à en dire, sinon qu'elle s'épanouit et conserva son éclat à tous les âges de sa vie : enfant, adolescent, homme fait, il fut toujours d'un aspect aimable et charmant. Il n'est pas vrai, quoi qu'en dise Euripide que chez tous les hommes beaux, l'arrière-saison même soit belle. Mais tel fut le privilège d'Alcibiade et de quelques autres. Il le dut à l'heureuse naure et à l'excellence de sa constitution physique. Quant à sa manière de parler, on dit que même son défaut de prononciation lui seyait et prêtait à son langage une grâce qui contribuait à la persuasion. »

Sa carrière militaire commença lors du siège de Potidée, auquel Socrate participait également, et il était présent à la bataille de Délion en 424, où les Athéniens furent mis en déroute par les Thébains.

Grâce à son expérience, il fut élu stratège en 420 ; il était alors déjà chef des démocrates extrêmes. Son impérialisme ambitieux contribua en majeure partie à la rupture de la paix de Nicias et à l'envoi, en 415, de l'expédition de Sicile, dont il fut un des trois chefs.

La mutilation des Hermai juste avant le départ de l’expédition passa pour être l’œuvre d’Alcibiade et de ses partisans (cf. Hermocopides), et il fut aussi accusé d’avoir profané les mystères d’Éleusis ; il fut néanmoins décidé qu’il pouvait s’embarquer et qu’il serait jugé plus tard.

Lorsqu'il fut convoqué à Athènes pour le procès, on lui permit de faire le voyage sur son propre vaisseau, mais il s'échappa à Thourioi. Il fut condamné à mort en son absence, et ses biens furent confisqués.

Il se rendit à Sparte, où il donna aux Spartiates deux conseils précieux : Sparte devait envoyer le général Gylippe aider les Siciliens, et il fallait occuper Décélie en Attique, qui serait une menace permanente pour Athènes.

En 412, il partit en Ionie et, avec une armée spartiate, il fomenta une révolte contre Athènes, d'abord à Chios, et ensuite dans d'autres cités, mais les Spartiates ne tardèrent pas à se méfier de lui.

Il entreprit des négociations avec Tissapherne, le satrape perse qui, par extraordinaire, ne semblait soutenir ni Athènes, ni Sparte.

Alcibiade avait désormais très envie de revenir à Athènes. Après des mois de diplomatie délicate, la flotte athénienne à Samos le fit général pendant l'été 411, et depuis cette date jusqu'en 406 il dirigea les opérations militaires.

En 407, le régime démocratique restauré à Athènes le rappela, espérant trouver en lui un capitaine capable et un moyen d'alliance avec les Perses, mais en 406 la défaite de la flotte grecque à la bataille de Notion lui fit perdre son prestige et il ne fut pas élu stratège pour 406-405.

IL se retira en Chersonèse de Thrace, où les recommandations qu'il donna aux commandants athéniens avant la bataille d'Aigos-Potamos en 405 furent ignorés ; les Athéniens furent battus.

Il finit par mourir assasiné en Phrygie à l'instigation de Lysandre en 404.

1. Sources

  • Andocide, Sur son retour
  • Lysias, premier Contre Alcibiade (le discours est prononcé contre le fils homonyme d’Alcibiade, il contient des allusions au père)
  • Platon, Premier Alcibiade, Second Alcibiade, Le Banquet
  • Plutarque, Vie d’Alcibiade (comparée à celle de Lysandre dans les Vies parallèles)
  • Thucydide, Histoire de la guerre du Péloponnèse, livre V à la fin
  • Xénophon, Hélléniques, Mémorables

2. Bibliographie

  • Jean Hatzfeld, Alcibiade. Étude sur l’histoire d’Athènes à la fin du Ve siècle, PUF, 1951
  • Jacqueline de Romilly, Alcibiade ou les dangers de l’ambition, De Fallois, 1995

3. Homonymies

  • Alcibiade Didascaux, l'histoire des civilisations en bd.
  • second Alcibiade par opposition au premier.

Copyright © les auteurs de l’article original sur le site Wikipédia : l’encyclopédie libre et gratuite pour les sections inaltérées et – dans le cas d’une version modifiée – les auteurs de ce document sur Libre Savoir. (Dans le cas où le nombre total de contributions est supérieur au nombre affiché sur la page d’historique du document, veuillez utiliser les liens de navigation pour obtenir la liste complète des auteurs.)
Thème:Athènes







Taille du texte


Partager sur :



 


Contenu sous droits d'auteur — Dernière mise-à-jour : 2010-06-03 16:41:07




Découvrez nos contenus

par catégories

par mots-clés

par dates d'ajout et de modification

Index alphabétique

Partagez vos connaissances !
Pour publier durablement et librement sur Internet, contactez-nous.





/a>