Alaric Ier

Intérêt
Alaric Ier (v.370–Cosenza, 410), roi des Wisigoths (395–410).

Né sur une île du delta du Danube, il appartient à une noble famille gotique. En 394, sous le règne de l’empereur Théodose Ier, il devient chef des fœderati (du mot latin fœdus, le traité), troupes barbares irrégulières sous commandement romain. Il participe à la campagne contre l’usurpateur Eugène. En 395, Théodose meurt, laissant l’empire partagé entre ses deux fils, Arcadius à l’est et Honorius à l’ouest.

Alaric espère recevoir un grand commandement à l’occasion du changement de régime, mais on le lui refuse. De leur côté, les fœderati sont furieux de se voir spoliés de leur part de butin. Ils acclament Alaric roi, et celui-ci envahit la Thrace, la Macédoine et le Péloponnèse en 395–396, pillant les prestigieuses cités grecques et vendant leurs habitants comme esclaves. Aux frontières de l’Élide et de l’Arcadie, il est arrêté par le quasi-régent de l’Empire romain d’Occident, Stilicon. Sans doute dans l’espoir de le neutraliser, Arcadius le nomme préfet de l’Illyrie, importante province romaine.

En 400, allié avec le chef ostrogoth Radagaise, il marche sur l'Italie et dévaste toute la partie nord avant d'être arrêté de nouveau par Stilicon. Après une autre défaite à Vérone, Alaric quitte l'Italie en 403 pour revenir en Illyrie. À cause de son invasion, la capitale de l'Empire d'Occident passa de Rome à Ravenne.

En 408, Arcadius meurt. Alaric en profite pour demander à être payé pour cesser la guerre, et réclame la somme de 2 000 kg d’or, que Stilicon fait promettre au Sénat romain de payer. Quelques mois plus tard, Honorius, jaloux du pouvoir de son général, fait tuer Stilicon et ses amis. Dans la confusion qui s’ensuit, les troupes romaines massacrent les familles des fœderati, qui rejoignent alors en nombre les troupes d’Alaric. En septembre 408, Alaric traverse de nouveau les Alpes et assiège Rome. Les habitants affamés finissent par accepter de payer plus de 1 000 kg d’or, de la soie, du cuir et du poivre.

Alaric réclame également un vaste territoire, entre le Danube et la Vénétie, et le titre de commandant en chef de l'armée impériale. Irrésolu et protégé à Ravenne, Honorius refuse. En 409, Alaric met de nouveau le siège devant Rome. Le Sénat romain s'accorde alors avec lui pour instituer un nouvel empereur, Priscus Attale, qui s'avère incompétent et perd la province d'Afrique, grenier de l'Empire, tenue par les partisans d'Honorius. Alaric doit faire face à des émeutes frumentaires à Rome et à des légions envoyées par le neveu d'Honorius, Théodose II. Il chasse Priscus Attale et tente d'ouvrir de nouveau des négociations avec Honorius. Devant leur échec, il fait une troisième fois le siège de Rome, en 410, et prend la ville.

Peu de temps avant sa mort, il pille l'Italie du sud et tente d'envahir l'Afrique, quand ses navires sont détruits par une tempête. Lui-même meurt d'une fièvre. Il est enterré sous le lit du fleuve Busento : le fleuve est détourné, la tombe creusée, son corps est inhumé, puis le fleuve recouvre son cours. Les esclaves ayant creusé la tombe sont mis à mort pour garder le secret. Son successeur est son beau-frère Athaulf.

Voir aussi


Copyright © les auteurs de l’article original sur le site Wikipédia : l’encyclopédie libre et gratuite pour les sections inaltérées et – dans le cas d’une version modifiée – les auteurs de ce document sur Libre Savoir. (Dans le cas où le nombre total de contributions est supérieur au nombre affiché sur la page d’historique du document, veuillez utiliser les liens de navigation pour obtenir la liste complète des auteurs.)
Alaric Ier Alaric Ier Thème:Personnalité de la Rome antique Thème:roi barbare



Contenu sous droits d'auteur — Dernière mise-à-jour : 2010-06-03 16:41:07




Découvrez nos contenus

par catégories

par mots-clés

par dates d'ajout et de modification

Index alphabétique

Partagez vos connaissances !
Pour publier durablement et librement sur Internet, contactez-nous.





/a>