Œuvres cinématographiques (page 4)




Œuvres cinématographiques : films en long-métrage, courts-métrages, reportages, séries télévisées…


127 contenus distincts sont actuellement enregistrés sous cette catégorie.

1234567

Dr Jerry et Mr Love de Jerry Lewis



Jerry Lewis, associé au chanteur-acteur Dean Martin, connut son heure de gloire dans les années soixante, avant d’entamer une carrière de réalisateur-acteur de comédies dont l’une des plus intéressantes s’avère être Dr Jerry et Mr Love (dont une nouvelle version fut proposée en 1996 par Eddie Murphy, Le Professeur Foldingue), tant par son inventivité comique que par l’intérêt de son propos.

 


Dr Jerry et Mr Love de Jerry Lewis

Dogville de Lars von Trier



Lars Von Trier innove avec un film fascinant, Dogville, dont la mise en forme magnifie la grande force du propos.

 


Dogville de Lars von Trier

The Pledge de Sean Penn



Avec The Pledge, Sean Penn, loin des effets de mode, propose un film bouleversant d’humanité qui saisit la vérité profonde d’un univers rural américain par le truchement d’un thriller dont l’enquête met à nu l’âme humaine, et s’achève sur une fin doublement déconcertante.

 


The Pledge de Sean Penn

Harakiri de Kobayashi



Prix spécial du jury au Festival de Cannes 1963, HARAKIRI révéla en Occident le cinéaste Kobayashi. Ce film est sans aucun doute l’un des chefs-d’œuvre du cinéma japonais.


Harakiri de Kobayashi

La Fleur du mal de Claude Chabrol



l’un des derniers films de Claude Chabrol, La Fleur du mal apparaît comme un condensé même de l’œuvre du réalisateur, tant par ses thèmes que par sa mise en scène.

 


La Fleur du mal de Claude Chabrol

La Femme infidèle de Chabrol



Film épuré, La Femme infidèle de Chabrol condense la plupart des thèmes habituels du réalisateur en une forme (mise en images et musique) éminemment sobre et classique, voire feutrée, mais traversée de brefs éclats de folie violente.


La Femme infidèle de Chabrol

Les pleins Pouvoirs de Clint Eastwood



Ce thriller de 1997 sort de l’ordinaire en ce qu’il affiche ouvertement une dimension autobiographique tout à fait inattendue.

 


Les pleins Pouvoirs de Clint Eastwood

Un Monde parfait de Clint Eastwood



S’il est un film dont le titre exprime une ironie cinglante, « Un Monde parfait » de Clint Eastwood s’impose comme un bon exemple  : non, le monde n’est pas parfait et l’individu n’a aucune chance face à une société dont le sens de l’humain ne résiste pas au dysfonctionnement généré par l’incompétence de ses représentants.


Un Monde parfait de Clint Eastwood

Gangs Of New York de Scorsese



Très attendu, ce film de Martin Scorsese illustre de nouveau toute la maîtrise technique du réalisateur et la force de son propos, même si l'on reste quelque peu sur sa faim pour ce qui est du récit-prétexte de la vengeance traitée d'une façon trop classique.

 


Gangs Of New York de Scorsese

Minority Report de Spielberg



Avec Minority Report, Spielberg utilise l’œuvre de Philip K. Dick, comme il l’avait déjà fait pour A.I. Intelligence artificielle. Le film qu’il propose est stimulant non seulement par les thèmes abordés, mais aussi par la création d’un univers de science-fiction réaliste.


Minority Report de Spielberg

Solaris de Steven Soderbergh



Steven Soderbergh alterne les films « grand public » (Erin Brockovitch ou Hors d’atteinte) et les films dits de recherche (Full frontal). Solaris se situe entre les deux, mais affiche une belle ambition dans la mesure où il se confronte au film éponyme de Tarkovski (1972) célébré par certains comme un chef-d’œuvre de la science-fiction.

 
Mots-clef anticipation 


Solaris de Steven Soderbergh

Quatre garçons dans le vent (A Hard Day's Night) de Richard Lester



Ce film, né de l’association de Richard Lester et des Beatles, consacra, en 1964, la réputation du groupe : les chansons du film connurent un immense succès. Il marqua aussi le début de ce que l’on allait appeler la Beatlemania...

 
Catégorie (2) Chanson 
 


Quatre garçons dans le vent (A Hard Day\'s Night) de Richard Lester

Emprise de Bill Paxton



Il arrive que des films de genre laissent une souvenir indélébile tant par leur scénario original que par une réalisation efficace soucieuse de créer une atmosphère dérangeante. Ce film de l'acteur américain Bill Paxton associe précisément fantastique, horreur et suspens pour mettre en permanence le spectateur sous tension.


Emprise de Bill Paxton

Twentynine palms de Bruno Dumont



En cours de repérage pour son prochain film, Bruno Dumont décide de réaliser un film d’horreur expérimental. Ce sera Twentynine Palms (2003). En fait, on y retrouve cet univers si particulier de L’Humanité qui, quoique primé trois fois à Cannes en 1999, suscita bien des polémiques. Mais nulle grâce ni compassion ne viennent adoucir, cette fois, la vision foncièrement pessimiste de la nature humaine qui est celle du réalisateur.


Twentynine palms de Bruno Dumont

Signes de M.N. Shyamalan



Ce film de M. Night Shyamalan permet de retrouver, après Sixième Sens ou Incassable, ce même talent pour rendre sensible la présence des morts chez les vivants en proposant un film grand public mais remarquablement construit et mis en scène avec humour, intelligence et sensibilité.

 


Signes de M.N. Shyamalan

Le Cercle rouge de Melville



Devenu l’un des Melville les plus appréciés, Le Cercle rouge réunit une pléiade d’acteurs emblématiques de l’époque dans un film qui condense à l’extrême le style dépouillé du réalisateur.


Le Cercle rouge de Melville

La Prisonnière du désert de John Ford



Classique des classiques parmi les westerns, « La Prisonnière du désert » de John Ford impose la rigueur de sa mise en scène, la beauté dépouillée de ses paysages et la complexité de ses personnages pour mettre en valeur un récit tour à tour prenant et déconcertant.


La Prisonnière du désert de John Ford

Raisons d'Etat de Robert De Niro



Ce second film de Robert Niro explore l’histoire récente des Etats-Unis à travers le destin d’un homme lié à l’institution que représente la CIA pour en montrer le côté obscur et pour le moins inquiétant. Bref, Il était une fois l’Amérique selon De Niro...


Raisons d\'Etat de Robert De Niro

Grégoire Moulin contre l'humanité d'Artus de Penguern



Artus de Penguern - récemment décédé - avait réalisé, en 2001, un film plutôt insolite dans la production française cinématographique. Cette comédie mérite d'être découverte pour qui aime le comique absurde et volontiers délirant.

 


Grégoire Moulin contre l\'humanité d\'Artus de Penguern

Mauvais Piège de Luis Mandoki



C’est une bonne surprise que ce thriller ! Sur un thème maintes fois traité au cinéma (l’enlèvement d’enfant), le réalisateur Luis Mandoki fait preuve d’originalité. Sans doute aidé par son scénariste, Greg Iles, auteur du roman « 24 heures » qui sert de support au film, il propose un récit prenant.


Mauvais Piège de Luis Mandoki



1234567



Découvrez nos contenus

par catégories

par mots-clés

par dates d'ajout et de modification

Index alphabétique

Partagez vos connaissances !
Pour publier durablement et librement sur Internet, contactez-nous.





/a>